L’ère du temps sarkozien

Publié: 20 octobre 2010 dans Actualité
Tags:,

Au plus bas dans les sondages (ils sont sans pitié), mais ceci ne devrait en aucun cas influencer sa détermination d’homme d’Etat inflexible, Nicolas Sarkozy « joue le durcissement… car il n’a pas le choix », écrivait hier un journaliste du Monde sur son blog.

La polémique sur les chiffres des manifestants est à cet égard significative : la distorsion grotesque entre les chiffres avalisés ou avalés par le ministre de l’Intérieur –  lapsus à répétition ? – ne semble pas du tout gêner les porte-paroles et les médias aux ordres du pouvoir. Le facteur démultiplicateur (de un à dix à Marseille !) restera un concurrent redoutable pour la sardine portuaire.

(Capture d’écran du nouvelobs.com d’hier. Le tag a été rajouté.)

Les faux-jetons du gouvernement – le casino est vraiment autorisé sur toute la ligne – se succèdent ainsi midi et soir à la télé. Ils tournent derrière les écrans comme des papillons de nuit qui se brûlent les ailes, tour à tour, sous les sunlights. Même si plus personne ne croit encore à leur dérisoire pantomime.

Ainsi va l’ère du temps sarkozien : passage en force, politique droite dans ses bottes policières, absence de discussion, concertation rejetée. Parce que je le veux bien !

François Fillon, tandis que son maître prenait l’air sur les planches à Deauville (Calvados), l’a d’ailleurs déclaré mardi devant l’Assemblée nationale : « L’intimidation, le blocage et la violence sont la négation de la démocratie et du pacte républicain (…) personne n’a le droit de prendre en otage un pays tout entier. »

Mais, nom d’un chien, pour sauver l’équipe dirigeante actuelle aux abois, que fait le GIGN ?

Publicités
commentaires
  1. PhA dit :

    Tout de même, ce Fillon parle bien. Que ne s’écoute-t-il lui-même !

  2. brigetoun dit :

    commentaire parfait de PhA

  3. PdB dit :

    Mais où est Fadela ? (quelle scie, hein, Chasse-Clou – j’y arrive pas avec l’Irréductible) (paraît même que les deux érics se verraient bien premier ministre, pour services rendus à leur nano-maître…)(c’est à dire que, aussi, le suspense sur le changement de gouvernement est à son comble… )

  4. Chr. Borhen dit :

    Les  » faux-jetons du gouvernement «  (sic) se sont inspirés de l’Irréductible, mais à l’envers : ils oeuvrent aussi dans la capture d’écran.

    (Sur Le Chasse-clou, Dominique, tu avais écrit « phalènes » au lieu de « papillons de nuit »; je trouve que c’était plus joli…)

    (L’ami Benoît Dehort est-il toujours de ce monde ?)

  5. gballand dit :

    Deauville doit être le seul endroit, à part Neuilly, où M. Sarkozy puisse encore serrer des mains…

  6. @ gballand : il avait mis son imperméable de croque-mort.

    @ Chr. Borhen : « phalènes » était trop joli pour ces nuisibles.

    @ PdB : suspense, on attend la scène de la douche…

    @ PhA : bientôt, il devrait s’exercer devant le seul miroir de son manoir de Beaucé (Sarthe).

  7. @ Christophe Bohren : vous demandez si je suis toujours « de ce monde » : en tout cas, pas celui du « monde.fr ».
    Mais il faut que je trouve un moyen ici de signer en tant que tel et non sous le pseudo de « Dominique Hasselmann » !

    Benoît Dehort

  8. Sarkozy en aliéné, c’est rigolo….
    Il parle de plus en plus lentement, chaque mot étant détaché des autres.
    Il finira à la Salpé – neurologie, comme tous les grands génies de son époque.

  9. edouard dit :

    F a tout à fait raison: ignorer les nombreuses manifs et grèves est en effet (très) démocratique

  10. Sophie K. dit :

    Même pas réussi à l’écouter hier, le prez (trop fatiguée, pas par les défilés pardon, mais pas le taf et une montagne de paperasses à faire)(la paperasse nous engloutira tous, de toute façon)…

  11. maurice dit :

    Ces gens là , qui continuent de s’asseoir sur les manifs et grèves qui s’étendent, prétendent donner des leçons de démocratie ..

  12. verroust patrick dit :

    L’ère sarkozienne n’est pas une drôle d’ère. Elle annonce une ère glaciaire. Les relations citoyens gouvernants sont glaciales. Un nombre significatifs de la population fait des sacrifices rituels pour conjurer le mauvais sort qui leurs est fait. Ils vont battre le pavé, prendre l’air quelque soit le temps, pour défendre leurs salaires et les salaires différés pour lesquels ils ont cotisés pendant leurs vies. de labeur. Le sale air du temps du temps leur dit qu’après avoir eu le labeur et un petit salaire de la peur il leurs restera un morceau de pain à acheter au casino du coin où à une autre enseigne du même tabac( les budgets y partent en fumées) où il n’y a pas que les chariots qui se font rouler , le cœur des économiquement faibles, qui ,souvent , ont fait des métiers qui demandent de lourds efforts en saigne au moment de passer à la caisse. Il battent en retraite et vont remettre quelques produits dans les rayons . Dans quel état j’erre? . Ils leurs en vient des envies d’être mis dans la caisse définitivement, leur désespérance de vie dépasse celle des autres catégories sociales. La mort est une ultra libérale.
    Le chef de l’état et ses sinistres qui, opinent, en l’état du chef c’est leur fonction, estiment que « la chorégraphie » des retraites s’est bien déroulée (sic). Il a apprécié le spectacle mais, il reste de glace. Quoique que leurs importants émoluments aux uns et aux autres ne leurs empêchent pas d’avoir un sale air. Le président l’affiche c sale air. Il prône le durcissement. Ils ont les jetons , ils ont peur de la rue qu’ils connaissent si mal, on peut de s’y retrouver et d’être envoyés en l’air et envoyés valser dans une danse de saint guy à la chorégraphie échevelée. Ils sont un peu à « la rue »
    Mais, expert en poker menteur, le président crie Banco. Il mise, tous les jetons, nos sous, et son ego . (Avec l’ego qu’il a , il ne peut pas avoir le sens de l’égalité). Il joue le tout pour le tout. Les enjeux sont énormes, s’il gagne , il assure sa ré élection , s’il perd le casino pourrait sauter , ils partiront avec la caisse, pas de soucis pour eux. Mais, il faudra définir une politique , se retrousser les manches pour écoper des dégâts. Voilà le résultat d’une pauvre politique d’un pays riche, La politique du pire est menée., çà va de pire en pire.
    Tout le monde a l’air con dans cette affaire. Il se jouait une partie de billard à trois bandes, elle se transforme en partie de poker. Les règles sont simples, dictées par les décideurs, ceux qui ont tout ont les atouts (sinon ils n’auraient pas tout ), ceux qui n’ont rien font avec. C’est une (in)variante du tout ou rien! Il reste à occuper l’aire de jeu . L’aire où on bat le blé où il est distribué se trouve dans les places fortes financières qui tiennent le monde en otage y compris nos petits marquis. Cette partie de poker cache une parie d’échecs . Les petits pions ont droit aux échecs . Le but est de les mater. Au jeu de qui perd gagne, l’un passe et perd. La partie s’annonce ainsi: Perd mais garde toi à droite, perd mais garde toi de la gauche, Perdre, j’ai l’extrême droite dans la manche! Le pape m’a donné sa bénédiction malgré ma politique fort peu catholique, il fut d’une extrême onction On va se la taper cette partie , ils en garderont longtemps l’empreinte génitale. Le président a l’air glacial.

  13. @ espace-holbein : Reservoir dogs…

    @ verroust patrick : c’est pour quand, votre blog ?

    @ maurice : discours et actes, dichotomie politique.

    @ Sophie K. : pourquoi l’appeler du surnom affectueux donné à Lester Young, une autre musique plus caressante !

    @ Dominique Autrou : Pinel pourrait remplacer Bachelot.

  14. Sorcière dit :

    « L’intimidation, le blocage et la violence sont la négation de la démocratie et du pacte républicain (…) personne n’a le droit de prendre en otage un pays tout entier. »

    Une excellente définition de la politique gouvernementale ! rire ! Fillon ne se rend même plus compte à quel point il devient comique.

  15. De beaux slogans dans les cortèges, comme celui-ci : La France d’en haut se fait les couilles en or, la France d’en bas mange des nouilles encore.

  16. Nous soussignés, Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière (ainsi que les amis afghans qui nous accompagnent) apprenons, avec tristesse et consternation, que la France entière est prise en otage. Cette information, à nous transmise par nos geôliers goguenards, nous affecte au plus haut point et nous conduit à relativiser notre propre situation sur laquelle, nous l’avouons le rouge au front, nous avons eu tendance à nous replier assez égoïstement au cours des 295 derniers jours.
    Françaises, français, usagers, usagères, nous pensons à vous et adressons aux syndicats, lycéens et autres factions aux mains desquelles vous vous trouvez en ce moment, un appel pressant à la raison et à la clémence.
    Courage !
    Stéphane, Hervé.

  17. Sophie K. dit :

    @ Dominique : ah, mais j’ai pas écrit le Prez, mais le prez… Pas pareil !! :0)
    (Non, le seul truc qui me chiffonne, derrière la glaciation bien vue par Patrick et le gouffre financier qui sépare effectivement ceux du haut et ceux du bas (merci Dominique B. pour l’éclat de rire !), c’est ce que disait Schmoll récemment : l’emmerdant, c’est que si nous on ne cotise pas jusqu’à 65, les gosses, eux, cotiseront jusqu’à 90… ;0)

    • @ Sophie K.: je t’accorde qu’il y a dans un cas une majuscule et dans l’autre, certes, une minuscule !
      Concernant la longueur de l’effort de cotisation, elle est axée sur « l’augmentation de la durée de la vie », comme tu sais…

      @ Stephane et Hervé : bravo d’avoir remis cette « prise d’otage(s) » à sa vraie place et nul doute que le GIGN – que le « prez » fit intervenir à Neuilly-sur-Seine quand il était l’édile de cette bonne ville – mette vite fait un terme final à cette situation insupportable en cette Toussaint approchante.

      @ dominique boudou : oui, l’invention est toujours présente dans ce genre de manifestations artistiques qui ne peuvent qu’être encouragées (voire subventionnées) par le ministère de la Culture et de la Communication.

      @ Zoë : les « casseurs » (ou « la chienlit » en des temps plus gaullistes) ont toujours été utilisés — à leur corps défendant ou non — par le pouvoir. Ainsi discrédite-t-on, ou essaie-t-on de le faire, un mouvement démocratique et pacifique à l’origine. Il est vrai que des « doigts » valent bien 500 euros pour chaque victime !

      @ Sorcière : M. Fillon, qui ne serait plus Premier ministre (prévision « à 99 % » du « prez », d’après « Le Canard enchaîné » de ce matin, est un spécialiste des formules à l’emporte-pièce et à l’emporte-manifestant.

  18. Désormière dit :

    Il faut maintenant se rendre à l’évidence : vous tous ci-dessus (ainsi que moi-même) , dans la dimension sarkozienne, n’existons pas. Nous y faisons partie d’un jeu video très subtil où non seulement les corps doivent être maîtrisés (la police est là pour cela) mais aussi nos volontés et nos esprits (les discours télévisés y participent fort bien). Séparés de celui qui s’acharne sur nos mouvements, nos élans, nos résistances, par un écran conçu par lui seul, nous ne faisons toutefois pas que nous agiter. Le jeu aura une fin, parce qu’il faut bien que nous prouvions qu’il y a un malentendu et que nous ne sommes pas des sujets pixellisés pour le plaisir de sociopathes.

    • Pat dit :

      Ce que vous dites est terrible, et je reprends pour mon compte la question d’un journaliste suédois sur Sarkozy: « Sarkozy ne représente-t-il pas un risque de dictature ? »

  19. sylvaine vaucher dit :

    Quelle est sa marque de vélo ! sa toto est en panne, sa femme aussi qui faute de déesse se fait une idée. Quelques gouttes au fond d’un jerrycan suffiraient pour une immolation publique. Ou comme Napoléon il pourrait s’exiler sur l’île l’or real.

  20. fred dit :

    @ », avec tristesse et consternation, que la France entière est prise en otage »

    C’est la triste réalité. Il faut mobiliser de toute urgence l’ONU (casques bleus et agences de lutte contre la faim) faire parachuter des vivres et surtout du pinard sur le territore (du caviar pour les quartiers de l’ouest parsien)

    • @ fred : (votre @ sans destinataire a dû provoquer le blocage mécanique temporaire de votre commentaire.) Oui, l’intervention de l’ONU nous permettrait de voir enfin des casques d’une couleur plus claire.

  21. @ Désormière : oui, des fois la virtualité imposée se venge de la réalité niée.

    @ Pat : je ne sais trop à qui vous vous adressez, mais si c’est à Désormière son analyse est très claire.

    • Pat dit :

      Je voulais dire que Désormière a les mots justes et terribles car il n’est plus du tout absurde de penser que l’on glisse progressivement vers une sorte de dictature; la question du journaliste suédois est d’actualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s