Une curieuse affaire d’entonnoir

Publié: 23 octobre 2010 dans Fiction
Tags:,

Désormais, les camions cellulaires étaient garés dans toutes les grandes rues, boulevards et avenues : cela évitait des transports vers les commissariats de police débordés, où la garde à vue serait bientôt soumise à des principes restreignant son efficacité.

Chaque personne un tant soit peu suspecte – jeunes, chevelus, porteurs de keffieh, lecteurs apparents de littérature ou de journaux subversifs,  allures de « pas Français », adultes désoeuvrés, chômeurs, « intellectuels » et ouvriers se revendiquant du « peuple de gauche », sans-papiers, Roms, gens du voyage ou du paysage… –  était sur-le-champ arrêtée et emmenée dans le semi-remorque en stationnement, en attente, à l’affût.

A part ses grilles dépourvues de fenêtres, pour que les embarqués puissent respirer l’air frais du dehors, le véhicule n’était orné d’aucun signe distinctif. Seule sa couleur sombre et des numéros d’immatriculation fantaisistes pouvaient le faire repérer par quelques passants attentifs ou ayant, malgré tout, gardé un reste d’esprit civique.

Une fois la cargaison remplie à ras bord, les camions cellulaires se dirigeaient en colonnes vers Francy (Seine-Saint-Denis) où un très vaste Centre de tri de la population suspecte (CTPS) avait été installé. Des préfabriqués innombrables, de type Algeco, accueillaient, à l’extérieur de la ville, les prisonniers transbahutés jusque vers ce lieu lointain et désolé.

Là, des fonctionnaires de police, ainsi que des contractuels recrutés sur titres ou CV, interrogeaient les centaines, bientôt les milliers d’interpellés qui, la plupart du temps, étaient ensuite parqués dans les bâtiments montés sur pilotis.

Des gardiens dans les miradors, équipés de caméras de vidéoprotection, balayaient en permanence le champ et le contre-champ qui leur avaient été impartis, et les tours métalliques avec leurs puissants projecteurs scandaient l’immense périmètre hérissé de barbelés où circulait un courant de 2 800 volts.

L’appel avait lieu le soir à 19 heures et le matin à 6 heures. Des traducteurs, recrutés à la fac de Paris VIII, servaient d’intermédiaires à un certain nombre d’étrangers pas encore suffisamment intégrés pour comprendre les ordres qui leur étaient délivrés.

Une curieuse affaire d’entonnoir devenait pourtant de plus en plus embarrassante : le CTPS commençait à souffrir de surpopulation, étant donné que peu d’individus étaient relâchés quotidiennement,  incapables qu’ils étaient de prouver leur innocence, leur bonne foi ou leur engagement politique à droite.

Fallait-il envisager une solution radicale ? De beaux esprits imaginaient déjà un bouquet d’hypothèses même si, depuis longtemps, l’opposition avait été démantelée ; d’ailleurs il ne restait d’elle que quelques autocollants non encore kärcherisés.

Certains conseillers du Ministère de l’Intégrité de l’Etat (MIE) s’étaient mis à lire fébrilement des livres d’Histoire sur la Seconde Guerre mondiale pour essayer de trouver, ici ou , des réponses à la question posée.

(Photos prises à Paris, près du Cirque d’Hiver, le 6 octobre. Cliquer pour agrandir.)

Publicités
commentaires
  1. brigetoun dit :

    nous avons déjà la vidéoprotection (oh le joli mot) – que l’on ne glisse pas jusqu’au bout

  2. @ brigetoun : faut-il inventer une protection contre les fictions ?

  3. PdB dit :

    Avec votre « Irréductible » entonnoir, j’ai eu l’impression de me retrouver dans les années 70, avec le père de la Constitution, cinquième du nom, Michou la Colère (que la paix soit sur son âme) et son joli couvre-chef qui lui allait comme un gant (je pense qu’il irait aussi à nano1©, mais je vais retirer ça sinon je vais me faire embarquer…). Je me disais que, pour un samedi où je vais aller « bosser comme un nègre » (je cite le très cher Jean-Paul Guerlain qui yoyotte et ça ne sent pas très bon…), je vais pouvoir un peu rire (je me sens nègre, tzigane, juif et métèque, jeune encagoulé, et femme aussi ces temps-ci… allez savoir pourquoi). En réalité, la réponse à la question est facile à trouver : il suffit de lire ce que disent les deux Eric, Nadine ou Brice. Elle tient en un mot : finale.

  4. Chr. Borhen dit :

    Tiens, je parle aussi d’entonnoir chez moi…
    Sinon, Dominique, as-tu déjà lu W ou le souvenir d’enfance, sans doute le meilleur Perec ?

  5. @ Chr. Borhen : je vais aller voir. Question Perec, je pratique, tu t’en doutes, une certaine péréquation dévote.

  6. ilcause dit :

    Bonjour
    BRrrr froid dans le dos…
    rony

  7. @ ilcause : mais sur votre blog, ça caille, on dirait !

  8. Nomade dit :

    Voir l’affichette « circo » au bas du pare-brise du camion me rassure un peu, vu la proximité du Cirque d’Hiver. Car l’histoire est menée de manière plausible et angoissante. ça sent le Drancy plutôt que le (F)rancy…

  9. @ Nomade : mais l’affichette est peut-être là pour donner le change ?

  10. patrick verroust dit :

    Théatre d’interpellation:

    C’est irréductible, ce billet me fait penser…
    On sonne à la porte, deux robocops sont là:

    – Nous sommes les agents de la science friction,Vous avez pensé, on vous embarque..
    -Vous n’y pensez pas!
    -Récidiviste, et outrages à agent, votre compte est bon!
    -Je ne recommencerai plus!
    -Fallait y penser avant! Réplique celui qui a l’air du chef, pendant que l’autre opine du chef

    Deux nouveaux robocops surgissent et embarquent le chef l’autre reste , embarrassé. Compatissant,je l’interroge :
    -Çà , ne va pas?
    -Je suis stagiaire, je pense qu’il faut être deux pour vous arrêter et surtout ne pas penser , c’est un délit aggravé pour nous de penser dans l’exercice de nos fonctions.

    Deux nouveaux robocops surgissent et un embarquent leur collègue.
    Je referme ma porte, impassible et déconnecte mon cerveau.

    Avec ces événements, ces frictions ma réflexion a foutu le camp, je n’ai plus aucune concentration.
    Une rumeur court sur des achats massifs de vélos par le Ministère du CUL (Comportement Unique Libre). Les chargés de mission auraient potassé la rafle du vel d’hiv . Ils auraient été choqués du nombre de spectateurs , de la longue attente , transis, sans la course cycliste que cette foule d’amateurs étaient, manifestement, venus voir.

  11. gballand dit :

    Inquiétant, votre texte. Le cirque d’hiver, c’est là que le nouveau gouvernement, après remaniement, s’installera ?

  12. @ gballand : le lieu est retenu, d’ores et déjà.
    On a même choisi Eric Besson comme « Monsieur Loyal ».

    @ patrick verroust (vous avez inversé ?) : les « robocops », c’est trop américain. Il faut trouver une expression porteuse de l’identité française, s’il-vous-plaît !

  13. sylvaine vaucher dit :

    Moi je ne vois rien…alors suis allée, à pied, ici.

  14. @ sylvaine vaucher : j’avais réussi à transformer le « about » en « quelques mots »… et Raoul Vaneigem est toujours vivant.

  15. Zoë dit :

    Un peu qu’il est vivant le Raoul, il est vital même pour espérer échapper à votre scénario, Irrésistible (oui, c’est votre petit nom que je vous donne de mon propre chef).

  16. Olivier SC dit :

    Un plaisir de vous retrouver ! M’auriez-vous alerté tardivement : je vois déjà de nombreux billets ici ? Je réserve celui-ci, récent, pour ma Revue à venir … Voici un nouvel épisode de la longue saga des départs du Monde et la majorité se retrouve avec WordPress 😉 Oups, risque-je un de ces camions cellulaires ? 🙂

  17. Désormière dit :

    (…) Cela avait commencé l’année 2010, sur une place, quelque part dans une ville loin de Paris et néanmoins grande ville. Fut-ce une expérimentation ? Une trouvaille inespérée ? Un jeu de policiers goguenards ? Encercler la population, la parquer, avait paru alors facile. On venait d’inventer la prison à ciel ouvert.

  18. @ Désormière : Hortefeux peut être fier de lui et distribuer des médailles aux vaillants soldats de la République casquée.

    @ Olivier SC : c’est un risque à prendre…

    @ Zoë : des fois on n’est pas loin de la réalité !

  19. Jean-Luc dit :

    Cirque d’hiver… nouveau Vel’ d’hiv’ ?
    Ah le sport… et l’hiver !
    Vivement l’été 2012.

  20. Sorcière dit :

    Le bouclage actuel préfigure celui de 2012 … Il est temps de prendre le maquis.
    Le terrorisme « bien Français » (anciennement appelé « résistance ») va s’installer.
    Le résultat : fin de la croissance et fin de la compétitivité ! La poule aux oeufs d’or est morte. Et il faudra aller chercher le fric où il se trouve, les responsables aussi. (suivez mon regard ! rire).
    Certains ne passeront pas l’hiver, c’est certain … (on parie ?) 😉

  21. @ Sorcière : le mot de « résistance » est de plus en plus scandé dans les manifs, mais c’est évidemment un usage complètement à côté de la plaque.

  22. totem dit :

    Horreur camionisée, quel étrange corbillard. Que la répression roule dans de telle machine fait souffler de mauvais vents

  23. […] : Une curieuse affaire d’entonnoir ; le retour de Dominique H. (au moment où il m’en avise). Un nouvel épisode des départs du […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s