Simple tour dans le Vexin

Publié: 2 novembre 2010 dans Photographie
Tags:,

Et soleil sur Paris, 1er novembre, nuages devant. Le long de l’autoroute, les stations-service semblent normales, les voitures ne stationnent pas à l’infini, c’était juste un mauvais rêve. Le Vexin vient à nous.

(Musique : Iannis Xenakis, Plekto.)

(Photos : cliquer pour agrandir.)

A Wy-dit-Joli-Village, chacun est à sa place : quelques paysans possesseurs de tracteurs, et de riches habitants (Paris est à 50 km) qui roulent en 4 x 4. Leurs somptueuses résidences se cachent derrière des murs de pierres.

(Photos : cliquer pour agrandir.)

Ici, les soubresauts de l’actualité semblent étrangers.

(Photos : cliquer pour agrandir.)

Pas très loin s’étend un immense golf : ne pas confondre les balles blanches avec les betteraves qui s’empilent sur les bords de la petite route du retour.

(Photos : cliquer pour terminer.)

Publicités
commentaires
  1. Nomade dit :

    La dernière photo : une armada de betteraves sucrières, je présume ? Le sang de la terre du Vexin ?

  2. PdB dit :

    un vrai temps de Toussaint… Vivement le printemps !!! (vous trouvez quand même à faire de la couleur, hein… )

  3. Gilbert Pinna dit :

    Les betteraves en tranchées et barricades.

  4. @ Gilbert Pinna : beau dessin !

    @ PdB : les feuilles d’automne montrent qu’elles résistent au gris morose.

  5. Δον Κιχώτης dit :

    Belles photos !
    Je crois que en vivant dans ce village sans tele et ordinateur on touche l idee du paradis( enfin presque)
    La tele n existe pas chez nous mais l’ ordinateur est encore allume, parce que notre ami Dominique ne cesse pas de nous envoyer des tableaux extraordinaires

  6. @ Δον Κιχώτης : chacun a une idée du paradis…

  7. patrick verroust dit :

    DH nous propose la photo narration d’une petite virée reposante, éloignée des préoccupations. »capitales ».
    Il arrive, sans avoir l’air d’y toucher, à instiller l’illusion d’un monde immuable où il n’y a pas de questionnement tout en envoyant quelques piques aux picards ventrus et gras d’adoption. Chacun et chaque chose est à sa place et même fléché pour les « étrangers ».Le village est joli, nul ne songeraitt à le contester , mais cela va mieux en le disant. C’est un à Wy à ne pas discuter. Les picards se vexent , ils ne sont pas des « quand même . Le parisien est facilement vexant.. Ils en ont subi des allusions vexantes quand ils ont accepté la « pax romana » rendu hommage à Saint romain et laissé les hommes des arvernes à leurs broutilles gauloises. Eux, ils ont remisé les vieux outils, se sont modernisés. Ils savent à quel point est rude l’arrachage des betteraves sucrières, la richesse du pays (surtout pour les Beghin qui se sucrent avant tout le monde) .Depuis que les routes ne sont plus pavées mais bitumées, l’enfer est indiqué. C’est à droite! Bien vu DH..
    Ils en ont vu des batailles et sont rudes à la tache, les picards. Après le première guerre mondiale, est apparu le tracteur Mercédes Benz. Çà c’était du bon progrès. Mais , çà tombait en panne , ces engins là. Alors Benz , mon cochon! ils ont bricolé dur, dans la famille Bataille pour garder le tracteur en état de marche. Ils en avaient marre et plein la poque à lin. Mais l’entreprise Poclain était née. Il s’en roula des pelles mécaniques avec leur système hydraulique. Ce doit être agréable d’aller passer un dimanche d’enfer à la ferme des trois frères Benz, à Enfer, de déguster des produits du terroir, d’admirer les limousines. Ah , la vache! On vit pas mal à Paris avec la France profonde à 50km.

  8. gballand dit :

    Vos pancartes avec cette vision de l' »enfer » et ce mouton – serions-nous tous appelés à rejoindre le troupeau ? – m’ont fait sourire. Dommage pour Nicolas ! On essaiera de se consoler autrement, avec la route du rhum par exemple !

  9. Désormière dit :

    C’est ce que j’appelle un prompt aller-retour. La voie indiquée pour aller en enfer, montre bien que les photos ont été prises au purgatoire. Il était sage de rentrer avant la nuit.

  10. Quotiriens dit :

    Même en ces contrées retirées, le petit diable suinte des murs.

  11. Jyf dit :

    « Leurs somptueuses résidences se cachent derrière des murs de pierres. » et des portails fermés :
    Simple toux dans le vérin ?

  12. @ Jyf : je ne saurais te contredire.

    @ quotiriens : la campagne peut être menaçante…

    @ Désormière : oui, après c’est le tour des fantômes qui passeraient les ponts de la Seine.

    @ gballand : las ! Il ne boit pas, même s’il fume le cigare.

    @ patrick verroust : il n’y a pas que des Picards surgelés !

  13. Ah ! la « France Éternelle » !
    Betterave sucrière et Porsche Cayenne sont les deux mamelles de la France d’en-haut !

  14. PhA dit :

    Et pas très loin, mais très différente, la ville où j’ai grandi.

  15. @ Dominique Autrou : elle ne ment pas, elle !

    @ PhA : il y a des champignons dans le coin ?

  16. PhA dit :

    C’est plutôt la ville elle-même qui était champignon.

  17. @ PhA : ce ne peut être Champigny-sur-Marne.

  18. […] mots et promenades : Soleil couchant – Automne rouge – Après la pluie – Simple tour dans le Vexin – La pointe du Milier – La magie des lanternes, une féerie en […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s