Xavier Dolan, cinéaste, insuffle sa jeunesse

Publié: 3 novembre 2010 dans Cinéma
Tags:,

Dans Les Amours imaginaires, son deuxième film présenté au dernier festival de Cannes et sorti en France le 29 septembre, Xavier Dolan a joué avec trois personnages et gagné en créant une œuvre personnelle, imaginative (forcément), impulsive et délicate aussi.

Il est plaisant de voir que sur un sujet assez mince (le scénario n’offre pas la complexité du Jules et Jim de Truffaut), l’auteur insuffle sa jeunesse, son audace, ses références au déroulement sans passages à vide d’une relation douce-amère tandis que le fracas du monde est, par ailleurs, totalement gommé.

(Une des trois affiches du film. Photo D.R. Cliquer pour agrandir.)

Ce qui frappe, c’est la maîtrise de la mise en scène – ou en abyme – chez le jeune cinéaste québécois : plans calculés et réglés comme un ballet, ralentis poétiques mais indispensables (Monia Choukri filmée de dos comme une caravelle), complète fusion de la musique avec l’image, dialogues à double sens, regards échangés comme des duels à fleurets non mouchetés.

La caméra de Xavier Dolan – ici, tout à la fois scénariste, acteur et réalisateur – caresse avec amour (forcément, de nouveau) les visages, les corps, suit le mouvement des cheveux, remonte le long des bras et des jambes enlacés, transforme l’écran lui-même en un drap de lit froissé.

Un seul regret : la version de Bang Bang (on a échappé à Sheila) est chantée par Dalida et non par Nancy Sinatra. Mais cela donne peut-être une distance plus exotique et un travelling arrière supplémentaire à ce film léger et profond comme un coup de grâce qui devient, avec son flash-back musical entêtant, l’expression d’une nostalgie impossible.

(Photo : Paris, hier soir, rue Rambuteau, 3e. Cliquer pour agrandir.)

Publicités
commentaires
  1. patrick verroust dit :

    DH ,merci de faire partager vos goûts avec une délicatesse poésie. Je crois que vous laisseriez happé par le film de Raoul Ruiz  » les mystères de Lisbonne » . Son opus est passée pas loin du chef d’œuvre, elle ne s’est pas un peu perdue dans l’intrigue de la deuxième partie mais reste un film magnifique., magique à bien des égards.

  2. Désormière dit :

    J’ai bien compris qu’il fallait absolument aller voir ce film. A une telle critique… Comment résister ?

  3. PdB dit :

    Est-ce que ça ne ferait pas, sauf votre respect, dans la série film à la française intimiste dans une chambre, trois personnes qui coupent les cheveux en 4 et mangent de la soupe ? (pour tout vous dire, l’Irréductible, j’ai vu le film annonce de cette affaire à trois, j’ai pensé à « La Maman et la Putain » et j’ai dit comme ça à mon amie « on n’ira pas, si ? » : on a ri – Godard disait que ne pas aimer les mêmes films, passe, mais ne pas aimer les mêmes livres, alors là non…) (on verra peut-être alors, puisqu’il semble qu’il y ait là quelque chose de la jeunesse) (et en même temps, ce n’est pas parce que ce Xavier Dolan a vingt et un an qu’il en est arrivé à devenir un réalisateur génial) (en même temps) (je veux dire) (hein)

  4. Zoë dit :

    J’avais déjà repéré ce film (ma fillote, eh oui, me l’avait conseillé). Il passe cette semaine au cinéma près de chez moi. Donc, je suis les conseils de l’Irrésistible 🙂

  5. @ PdB on n’est pas sérieux quand on a 21 ans…

    @ Zoë : à tes risques et périls !

  6. Donc, ce n’est pas la vie en rose ?
    Dalida… c’est un fait exprès, forcément.

  7. […] avez vu, vous avez lu : Xavier Dolan, cinéaste, insuffle sa jeunesse ; Les Amours imaginaires. Un livre à ne pas mettre entre toutes les mains ; un rapport avec A […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s