Passerelle d’Osiris

Publié: 18 novembre 2010 dans Peinture
Tags:, ,

Trait d’union pour les deux rives

marque typographique en suspension

léger tremblement d’elle si piétons trop nombreux

ils l’ont peinte en vert d’eau

chacun y apporte sa touche en passant

de jour de nuit ou autrement

sur le sol une main à la Nadja

et son pansement de l’hôpital Saint-Louis

ou une bandelette d’Osiris

direction le rêve digital

une péniche paresse avec du sable dans les yeux

les mouettes ne sont pas les aigles royaux de l’Altaï

c’est que les vagues sont rares, seulement en forme de V

sillage du passage éclusé

décidément le signe intrigue en un sens

il dévoile l’endroit du décor

avant effacement au Kärcher®


(Photo : Paris, hier. Cliquer pour agrandir.)

Publicités
commentaires
  1. Fabrice dit :

    J’entends encore gronder la voix d’André Breton. Une empreinte de la main de Nadja ! Est-ce possible ? Mais oui, bien sûr, l’âme errante est toujours présente, à hanter nos songes et notre réalité. Elle transfigure ainsi notre champ de perception et nous intime l’ordre de nous « surréaliser ».
    Merci pour cette note automatique Dominique

  2. @ Fabrice : automatique ment pas.

  3. Désormière dit :

    Dans cette géographie des lignes d’une main, je vois comme une détresse, un appel. Qui est Fatou ?

  4. Moons dit :

    Serait-ce l’empreinte de Maria Casarès ?

  5. Michèle dit :

    Des mains de l’art pariétal aux empreintes de serpillière mouillée chez Chaissac, le monde « empicassé » pour dire et se rappeler…

  6. @ Moons : en tout cas, percutante actrice, jolie Rolls et beau passage à niveau monté sur rails.

    @ Michèle : parois verticales ou horizontales… traces protégées ou non.

  7. orpailleur dit :

    l’époque est triste & rugueuse, chacun vieillit, l’Europe et la République ne se portent pas très bien: aussi vous avez raison DH, redevenons Breton(s), fourrons nous dans les pages des livres. Bien au chaud dans leur sur-réelle vie. La littérature comme opium du peuple ? non ! plutôt une libération des asservissements, de la consommation, et de l’omnipotente pub, qui nous transforme, homme et femmes en stéréotypes (regardez dans les transports: mêmes lunettes, cheveux, maquillages divers, mêmes idées pêchées dans le même « 20 minutes », même i-Pod, même crise. Choses devenues …)

  8. orpailleur : vous êtes sans doute passé par Saint-Cirq Lapopie

  9. Sophie K. dit :

    Quand je pense que j’ai entendu F.O. G. dire un jour in ze téloche « Najda »…

  10. […] : La ferme de Robert ; en Island. Imagine a moon base in 2069 ; la Lune, mais, en 2069 … Passerelle d’Osiris ; avec John Coltrane. L’autre mur de la […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s