Lunettes à telle enseigne

Publié: 19 novembre 2010 dans Fiction
Tags:, ,

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Il a bataillé contre lui-même et la partie n’était pas gagnée, les obstacles surgissaient au fur et à mesure qu’il avançait en direction de la ligne qu’il s’était fixée, nuages et brouillard, indistincte par temps clair et clignotante dans l’obscurité, celle-ci s’étendait d’ailleurs au détriment de la lumière, en fait c’était une question d’habitude, ne pas sortir dans la chaleur du jour et s’abriter dans la moiteur de la nuit, le calme de l’encens, parcourir le chemin qui menait au labyrinthe feuillu, frôler ces piquants verts, ces asphodèles ou ce romarin et tourner en carré, prendre les angles droits à la corde comme en moto, ils ouvraient le genou qui caressait l’asphalte, course inconsciente à la mort presque certaine, vertige vitesse victorieuse, le ruban se doublait d’une perspective reproduite dans la visière du casque, rythme haletant et saccadé, mais il fallait revenir sur terre, marcher comme un insecte à deux pattes, déboucher dans la ville, sur le trottoir où personne ne trottait plus (réservé aux hippodromes), chacun croisait sans lui parler un semblable, des fantômes vivants à tout moment, sauf que l’on n’entendait pas les bruits de chaîne, la cohorte s’empilait dans le métro à l’image d’un film d’Eisenstein, les pousseurs japonais n’avaient pas encore été imités, on sait se tenir chez nous, nos clients n’accepteraient sûrement pas cette indélicatesse, les wagons étaient remplis de bestiaux humains qui ne se révoltaient pas contre la manière dont on les transportait sans aise ni considération, le président de la République descendrait-il un jour dans une station, comme il le fit sur la dalle d’Argenteuil, pour découvrir comment ses compatriotes prenaient plaisir à se déplacer, mais il suffisait de remonter à la surface, d’engloutir une grande goulée d’air, et d’enlever son masque à gaz, respirer librement était encore une activité individuelle non taxée, il fallait en profiter, tout le reste c’était peanuts, politicailleries, barons contre baronnies, larrons en foire, disputes intellectuelles, dézinguage des penseurs pour vendre des pavés à succès, romans calibrés grande distribution des prix, matraquage télévisuel (1, 2, + = 12 millions de spectateurs pour un acteur bredouille vantant l’intelligence de sa femme), cinéma atone, musique décervelante, cervelas à tous les repas, chocolat sans cacao pour dessert, vent au dehors, hiver en avance sur l’horaire, froid en frissons, froissé en frimas, Noël ça pince, la cadeauthèque a remplacé la bibliothèque, supermarchés par-dessus le marché, surplomb dépensier, vue plongeante dans les caddies désormais en plastique recyclé, foie gras et mousseux pour les pauvres qui se pressent chez Lidl, sehr gut le modèle allemand, il paraît que Merkel a construit un pont, les filles vont se mettre du rouge à lèvres (ils n’ont pas encore osé la marque Rosa Luxembourg®), repérer les lunettes à telle enseigne.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Benoît Dehort

Publicités
commentaires
  1. brigetoun dit :

    et voilà que je vais trouver du goût pour tout cela qui nous vaut ces lignes (j’espère que l’idée du rouge à lèvres ne sera pas reprise)

  2. @ brigetoun : la marque a été déposée à l’Inpi par les soins de B.D. !

  3. Michèle dit :

    Las ! Cher Benoît, que voilà l’heur de la France et de tout l’univers, porteur chaque jour de tant d’hommages divers !

  4. @ Michèle : en vers et contre tous ?

  5. Désormière dit :

    Benoît Dehort toujours préfèrera les « lunettes bleues ».

  6. Ambre dit :

    « … ils ouvraient le genou qui caressait l’asphalte, course inconsciente à la mort presque certaine, vertige vitesse victorieuse,… »
    Je voudrais un livre entier des pages de Benoît Dehort.

  7. Gilbert Pinna dit :

    Sur les boulevards, les enseignes sont des bouées.
    (la photographie est très émouvante)

  8. @ Gilbert Pinna : certaines sont placées un peu haut…

    @ Ambre : je lui transmets votre remarque !

    @ Désormière : oui, des goûts et des couleurs (la palette est large).

  9. Quotiriens dit :

    Restons donc à nous bécoter sur les bancs, cachés dans les jardins publics, loin du bétail et de ses gardiens.

  10. Cervelas et chocolat, tel fut le repas de R.L. Stevenson lors de sa première nuit à la belle étoile, dans son voyage dans les Cévennes. Modestine broutait son quignon sans inquiétude particulière.
    Auparavant un homme avait refusé de le guider, au motif que:
    « …Voyez-vous, il fait noir ».

  11. @ quotiriens : le jour où les bancs publics seront hérissés de séparations comme dans le métro, ou de « fauteuils » individuels en coque plastique, il faudra trouver à aller s’asseoir ou s’allonger ailleurs.

  12. ABIZA dit :

    Bonjour,
    je vous lis depuis peu, j’aime votre façon d’écrire.
    Une remarque à propos des commentaires, vous parlez en code ? Je n’y comprend pas grand chose. Il doit surement me manquer les clefs.
    Bonne journée
    Roger

  13. @ Abiza : je ne sais s’il faut chercher des clés… je n’ai pas le passe-partout !

  14. Zoë Lucider dit :

    Est-ce ainsi que les hommes vivent ? A Mayence ou ailleurs.
    La musique déchire

  15. Zoë Lucider dit :

    Désolée pour la fausse manœuvre. J’avais oublié de retirer mon masque à gaz, ça m’a brouillé la vue

  16. @ Zoë : fausse manoeuvre réparée avant de voir l’utilisation du masque à gaz, mettre une cartouche neuve !

  17. Moons dit :

    Je ne sais pas pourquoi, je viens de voir un landau dévaler un escalier, une espèce de flash.

  18. @ Moons : les landaus, poussettes et autres voitures d’enfants seront prochainement interdits dans le métro par mesure de précaution. Un permis de conduire sera d’ailleurs exigé pour les parents.

  19. sylvaine vaucher dit :

    Humour corrosif, ce Benoît est un enchanteur, il mettrait même des chaussons aux sans papiers. Merci.

  20. @ sylvaine vaucher : pendant ce temps-là, certains hauts fonctionnaires s’en vont « pantoufler » dans des boîtes privées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s