Et Sarkozy osa…

Publié: 24 novembre 2010 dans Actualité
Tags:, ,

Vite débarrassé de ses récents habits neufs télévisuels, le plus haut personnage de l’Etat s’est « lâché » devant des journalistes, lors du sommet de Lisbonne le 19 novembre, et ce qu’il a exprimé en « off » s’est retrouvé publié par certains journaux, comme Mediapart, L’Express, Le Journal du dimanche, libération.fr.

Un journaliste du monde.fr a préféré, lui, estimer sur son blog que l’information « ne valait pas tripette ». Et l’attitude provocatrice, le mépris, l’arrogance de l’interviewé avec ses confrères… non plus ?

Mais l’enregistrement exclusif des propos présidentiels a été mis en ligne par libération.fr depuis hier soir – Nicolas Sarkozy aurait donc été, lui aussi, placé sur écoutes ? – et,  s’il faut tendre l’oreille au début, on perçoit fort bien, malgré le bafouillage étonnant et la confusion orale de la tirade, la désormais fameuse pique contre le journaliste supposé « pédophile » (à l’appui d’une démonstration tordue sur l’absence d’éléments tangibles sur l’affaire des rétro-commissions de Karachi), ainsi que l’adresse finale et ironique à l’assistance : « Amis pédophiles, à demain ».

(Capture d’écran de libération.fr du 23.11.10. Le tag a été rajouté.)

Afin d’aider le président de la République dans le (re)maniement de son vocabulaire, L’Irréductible lui propose ici un choix de termes à utiliser pour un prochain point de presse (après fouille policière préalable des journalistes pour éviter que le « off » ne se transforme en fâcheux « on »).

—   Pour une journaliste : « Il semblerait que vous soyez lesbienne… », avec comme variantes : gouine, tribade, grognasse, pute, putasse, roulure, salope

—   Pour un journaliste : « Il semblerait que vous soyez homo », avec comme variantes : pédé, pédale, pédicule, enculé, pédoncule, fiotte, pédiluve

Cette « attirance » inconsciente de Nicolas Sarkozy pour le mot et la chose pédophiliques (traumatisme d’enfance ?) est pour le moins préoccupante. On se souvient qu’il avait déclaré à Michel Onfray, dans une interview à Philosophie magazine en mars 2007 :

« J’inclinerais, pour ma part, à penser qu’on naît pédophile, et c’est d’ailleurs un problème que nous ne sachions soigner cette pathologie. Il y a 1 200 ou 1 300  jeunes qui se suicident en France chaque année, ce n’est pas parce que leurs parents s’en sont mal occupés  ! Mais parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable. Prenez les fumeurs  : certains développent un cancer, d’autres non. Les premiers ont une faiblesse physiologique héréditaire. Les circonstances ne font pas tout, la part de l’inné est immense. »

Tout ceci devrait finir par alarmer voire inquiéter sa femme « intelligente », ainsi que le ministre de la Culture et de la Communication, au nom du langage châtié, recommandable en toutes circonstances, lié en principe à l’exercice de la fonction suprême.

Si le président de la République devait continuer à se comporter de manière aussi cavalière, la saisie de la Halde s’avérerait un recours possible : hélas, depuis la nomination de Jeannette Bougrab comme secrétaire d’Etat à la jeunesse et à la vie associative auprès du ministre de l’Education nationale, on suppute sa disparition prochaine.

(Photo : ce matin, Libération au kiosque du coin de la rue René Boulanger, Paris, 10e. Cliquer pour agrandir.)

Publicités
commentaires
  1. patou dit :

    Déjà qu’il est détesté dans les instances internationales! Voilà qui rend encore plus risibles ses laborieux efforts pour paraître « changé ». L’étonnant est que les journalistes ne portent pas plainte pour diffamation par exemple .
    -ça n’a pas été dit en Off -cf l’article de Patrick Filleux dans la rubrique « Les Invités de Mediapart ».

  2. @ patou : en tout cas, ce « point presse informel » a bien été traité comme si c’était du « off » puisqu’on ne trouve nulle part une vidéo de la séance, et l’enregistrement apparemment caché qu’à pu se procurer « Libé » en est la preuve.

    D’après Guillaume Auda, journaliste à i>Télé (lepost.fr de ce matin), il s’agissait bien de « off ».

    « Si je faisais du « on »… dit même Nicolas Sarkozy vers la cinquième minute de l’enregistrement.

    Il aurait aussi demandé aux journalistes, après l’entretien « à bâtons rompus », de détruire leurs bandes.

    Et si ce n’est pas du « off »… raison de plus pour publier ces propos — à titre d’information comportementale — comme un nouveau symptome présidentiel « parlant ».

  3. brigetoun dit :

    oui, en dehors de son action, euh pas très satisfaisante, sur le pays, de sa politique, de son côté chef de bande, ou premier couteau qui a pris la place du chef de bande, il y a aussi sa vision de la vie et de la prédestination un rien inquiétante

  4. @ brigetoun : sa « philosophie » en est restée à l’âge des cavernes (mais sans les peintures).

  5. gballand dit :

    Merci de m’avoir fait rire à gorge déployée ! Vous, vous allez avoir des problèmes, si on frappe chez vous à 6 h, n’ouvrez-pas…
    « Chef de bande » évoque brigetoun, elle ne croît pas si bien dire… M. Sarkozy, bande trop souvent son arc pour compenser l’absence « d’érection » de son argumentation et de sa pensée.

  6. @ gballand : une psychanalyse de longue durée s’imposerait pour notre héros : même si son… « érection » date maintenant de mai 2007, il semble s’épuiser de plus en plus (il faut écouter ses phrases bredouillées et hachées menu dans l’enregistrement publié par « Libé »).

    Sonnerie à ma porte à 6 heures (légales) du matin : je ne suis plus « hébergé » par lemonde.fr, donc je ne risque pas la dénonciation d’un « modérateur » espionnant derrière mon dos pour un sujet dont justement l’un de ses journalistes a décrété qu’il n’était pas « une information » (sauf pour un certain nombre de ses confrères…) : lire les nombreux commentaires du « post » de son blog mis en lien au début de l’article ici.

  7. Sophie K. dit :

    Je suis très loin d’être sarkozyste, mais d’après ce que j’ai entendu, c’était de la part de N.S. une démonstration (maladroite) de la difficulté qu’il peut y avoir, pour n’importe qui, à écarter des soupçons (fondés ou non, ça, c’est un autre problème) qui pèsent sur lui. Le journaliste, n’ayant pas accès aux sources, explique qu’il est obligé d’utiliser le conditionnel (« Il semblerait que… »). Sarko lui renvoie son conditionnel à la figure avec un exemple (pas bien trouvé) de soupçon infondé (« il semblerait que vous soyez pédophile ») pour lui démontrer qu’on peut accuser n’importe qui de n’importe quoi, mais pas pour le traiter de pédophile.
    Le problème, c’est que le son est mauvais, et l’explication longue et confuse. Mais sortir la phrase de son contexte transforme une maladresse en insulte.
    (J’espère qu’on ne va pas en faire encore les gros titres, tout ceci occultant les vraies fautes politiques de ce gouvernement…)
    :0)

  8. PdB dit :

    A force de se montrer aussi ignoble, autant dans ses propos que dans ses non dits, ce nano1© est si affligeant qu’il nous semble à présent un peu facile de lui mettre le nez dans ce que lui-même produit… mais ne nous y trompons pas, l’individu est dangereux et sa politique répugnante tout comme le sont les serviles courbés devant son esprit brillant. Tout cela est simplement abject.

  9. Sophie K. dit :

    (PS : En revanche, ce qu’il avait dit sur la prédestination m’avait beaucoup choquée.)

  10. @ Sophie K. : tout ce que tu dis est vrai.
    Il n’en reste pas moins que l’obsession « pédophilique » (quand elle ne tombe pas sur les Roms, les immigrés, les fonctionnaires, les retraités, les jeunes des banlieues, les chômeurs, les sans-abri, etc.) de Sarkozy est fort mal venue et est, une fois encore, révélatrice d’un comportement peu digne de la fonction qu’il a tenté de redorer le 16 mars sur les écrans des trois chaînes de télé réquisitionnées pour l’occasion.

  11. @ PdB : ne profite pas du fait qu’il n’y ait plus de « modérateur » ici pour employer des termes qui visiblement dépassent ta pensée et pourraient provoquer l’ire de quelques censeurs logés, eux, au Château.

  12. Sophie K. dit :

    @ PdB : mais justement, son plus gros problème est de ne pas être « brillant », au sens où pouvaient l’être ses prédécesseurs. Eux auraient balayé les soupçons d’une petite phrase bien sentie, fermant le clapet des « gêneurs », là ou N.S. tente de discuter, et se piège lui-même par manque de clarté.

  13. Fabrice dit :

    De grâce ! Dominique, ne lui donne pas d’idée. Ne lui prête pas ton talent en lui fournissant une liste de mots dont il pourrait s’emparer afin de briller encore plus sur les estrades, lesquelles l’élèvent… un peu.
    Convoquons un « Comité pour la préservation de la pensée et de l’hygiène mentale » afin de soumettre le chef de l’État à un traitement de castration chimique. Il en va de la sécurité de nos enfants, tout de même !

  14. Sophie K. dit :

    @ Dom’ : Cette obsession, c’est l’inconvénient d’une classe politique relativement inculte qui ne vit que dans l’instant, et qui est baignée des scandales et des chiens écrasés des gros titres des quotidiens. Il a dû penser aux gens injustement accusés dans l’affaire d’Outreau. Un Mitterrand aurait trouvé une référence littéraire plus subtile, et ne se serait pas embourbé dans une explication pareille, longue et peu efficace.

  15. @ Sophie K. : mais que fait Clara ? Je croyais qu’elle s’occupait de son éducation !

    @ Fabrice : la… pédagogie n’est pas inutile et il n’y a pas d’âge ni de fonction qui puissent s’en dispenser. Tu noteras que mon dictionnaire portatif a été limité à sa plus simple expression, et que ces mots peuvent donc être retenus facilement par l’élève.

  16. Sophie K. dit :

    @ Dom’ : c’est dur de courir (en talons hauts) derrière lui avec les bras chargés de bouquins de grammaire et de dicos, kesstuveux ! :0)))

  17. Sophie K. dit :

    (Ah non, Carla a des chaussures plates, pardon.)

  18. patou dit :

    sophie
    dans son contexte aussi la phrase est insultante
    on a beau ne rien attendre de digne, d’intelligent, au moins, de la part du bonhomme et ses acolytes, c’est la baffe, l’insulte quotidienne aussi bien par les affaires que les petites phrases, il se fout du monde tout comme son grand copain berlu et auparavant son idole boush et ils se posent en victimes, ce n’est même pas marrant

  19. @ Sophie K. : il faut lui montrer une de tes toiles (il était allé visiter l’expo Courbet), ça devrait le calmer un peu.

  20. Sophie K. dit :

    Ah mais je ne rigole pas, Patou, juré. Comme je le dis plus haut, le problème d’une certaine inculture, c’est que ça donne une série de références peu reluisantes, telle celle-ci, hélas. Et bien sûr qu’ils se posent en victimes, c’est le fond de toute forme d’escroquerie, entre nous. Nous vivons dans une époque d’escrocs dans toutes les sphères de la société, à nous de les déboulonner, mais sans nous laisser leurrer par les apparences (et c’est ultra compliqué).

  21. Moons dit :

    Je suis assez d’accord avec la vision de Sophie (postée à 10 h 03), Dominique.
    Et sinon, « suppute », tu l’accordes avec « un » ou « une » journaliste ?

  22. patou dit :

    sophie
    Ses gesticulations et ignobles postillons ne trompent personne, au contraire, et ça l’énerve d’autant plus – la « pauvre » C doit être bien embêtée!

    • Sophie K. dit :

      Patou : Allez savoir si ce n’est pas elle qui, pour lutter contre l’arrogance dont il a été accusé maintes fois, ne lui a pas conseillé d’essayer de discuter avec les journalistes de façon plus « amicale »… :0)

  23. @ Moons : je partage également ton avis.
    « Suppute », hein ? S’accorde indifféremment.

  24. Désormière dit :

    Je suis bien heureuse de n’avoir jamais été invitée aux dîners de l’Elysée. Les blagues du président doivent voler très bas. Il ne boit que de l’eau et du coca mais comme son état permanent est celui d’un éthylique décervelé-décomplexé dès qu’il a un auditoire (et privé des textes qu’on lui a concoctés) ce doit être un drôle de festival.

  25. @ Désormière : pour les blagues, il fait appel à Bigard (qualité française).

  26. daniel dit :

    « lui démontrer qu’on peut accuser n’importe qui de n’importe quoi, mais pas pour le traiter de pédophile »

    Bien sûr! il n’en reste pas moins que c’est dégueu et c.n , relève de la psychiatrie, se rajoute au reste avec toute l’indécence qui le caractérise lui et sa bande

  27. sylvaine vaucher dit :

    Dans sa dialectique du Moi et de l’Inconscient, Jung, pas Onfray, dit : « Mon malade était un jeune homme fort intelligent, qu’une analyse déjà longue avait intellectuellement éclairé sur la causalité de sa névrose. Mais la compréhension intellectuelle n’avait rien changé à sa dépression. En semblable circonstance, que le médecin use sa peine à approfondir la causalité du cas demeure vain ; car si une compréhension déjà plus ou moins poussée n’a servi à rien, la découverte d’un nouveau fragment causal sera également inutile ! »
    Ou alors, en riant, je n’ai rien compris à ce chat en ligne 🙂

  28. patrick verroust dit :

    Je sais de source sure que tous les journalistes ne sont pas accrédités. Mais ils peuvent aller en paix aux files d’attente . S’ils ont plein le c.l de poireauter, ils peuvent partir en paix des files. Dans ces files , ils se donnent rendez vous entre confrères « t’y vas t’y quand » est la question rituelle.
    Sous la Grèce antique, il n’était pas question de se défiler quitte à en mourir , ce qui advint à un millier de soldats qui thébains, thespiens , tous spartiates qui gelèrent, sans céder un pouce de terrain malgré la distribution de thermo piles par leur chef Léonidas(grand chocolatier qui dans cette affaire se retrouva marron glacé et prit force chataignes) . Les grecs n’étaient pas pour la paix des races (taquouéres). Ils sortaient de libations aristotéliciennes en s’exclamant « homoncules » pour désigner les peuples barbares qui envahissaient le nord est de la Grèce en laissant autant de thraces désagréables que les touristes actuels.

  29. @ sylvaine : il est temps qu’Onfray s’empare du cas Young pour le démolir à l’emporte-pièce et vendre ainsi 300 000 exemplaires (il est moins connu que Freud) en passant trente fois à la radio et à la télé.

  30. @ patrick verroust : DSK s’occupe maternellement de la Grèce.

  31. Dom A. dit :

    Les temps étant ce qu’ils sont, mieux vaut un gras crétois qu’un petit crétin.

  32. Harmonia dit :

    Mouais, much ado about nothing qd même…

    Quant à « Libération » que penser d’un titre pareil pour un journal qui nous aliène par une haine sarkozyste systématique?…

    Allez, RDV en 2012 pour cinq nouvelles années Sarkozy…

  33. Wanatoctoumi dit :

    Ce qui me navre le plus, c’est que je ne peux vraiment plus me moquer des Italiens, qui ont mis un clown comme Berlusconi à la tête de l’État !
    L’élève a dépassé le maître !

  34. @ Wanactoctoumi : certes, il cavale de la même manière.

    @ Harmonia : « haine sarkozyste systématique » ? Vous n’avez pas lu l’édito mollasson de Laurent Joffrin, hier (en retrait sur l’importance, qui n’est pas rien, donnée à cette affaire par son propre journal). Mais les faits sont têtus.

    Alors, rdv dans deux ans.

    @ Dom A. : à cette aune, certes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s