Personne ne s’en était aperçu

Publié: 7 décembre 2010 dans Fiction

Dans l’anonymat complet, dissimulés par l’apparence fortement banale, leur habits passe-partout, leurs visages lisses et sans signes particuliers (au sens des anciennes cartes d’identité), ils avaient envahi la ville et personne ne s’en était aperçu.

Ils ne se déplaçaient pas en groupe même s’ils faisaient partie des personnes déplacées depuis ailleurs. Chacun disposait de sa « feuille de route », comme un ministre, et se dirigeait vers l’objectif qui lui avait été fixé : kamikazes à pied ou en voiture, ils devraient accomplir leur mission sans espoir de revivre ensuite, comme l’animal qui meurt après avoir lancé son venin.

Impossibles à repérer, ils représentaient un danger à cause de leur aspect quelconque : ils se fondaient dans la foule, sur les trottoirs, dans le métro, à l’intérieur des grands magasins, et rien ne pouvait les identifier en tant que tels. Ils étaient la copie conforme des autres citadins, citoyens, passants honnêtes et passeurs malhonnêtes, supporters de foot, adorateurs du petit écran – ils faisaient peut-être partie des 14 396 000 téléspectateurs récoltés par TF1 le 28 novembre pour le film Bienvenue chez les Ch’tis – ou électeurs admirant l’activité de leur illustre représentant (de commerce) parti en Inde avec sa cantatrice qu’il tenait fermement par la main.

Leur démarche était cependant plus souple que la moyenne, ils semblaient parfois glisser à la surface du bitume, juste quelques secondes, le temps d’une illusion optique. Ils ne parlaient pas car ils n’avaient pas appris la langue du pays, sauf quelques-uns de ses rudiments (« Bonjour, bonsoir, merci, je vous en prie, s’il vous plaît… ») qui leur permettaient un minimum de survie linguistique au milieu de la cohue ambiante. L’un d’eux avait pourtant commencé, avec une certaine difficulté, à lire Le Bavard de Louis-René Des Forêts.

Arrivés dans la capitale, ils ne devaient sans doute pas dépasser le nombre d’une dizaine : autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Les forces de l’ordre du pays avaient été averties par Interpol mais les fiches de recherche ne comportaient aucune autre photo que celle de leur vaisseau spatial.

Une sourde inquiétude grandissait, même imperceptiblement.

(Photo : approche de Paris, hier, à 09:03.)

Publicités
commentaires
  1. PdB dit :

    Impossible à repérer sauf qu’ils ont le petit doigt de la main gauche raide comme la justice…(hein) (vont-ils aller à la banque ce matin ? (:°)))

  2. @ PdB : ou sur la couture du pantalon.
    Cantona, chef de bande ?

  3. quid dit :

    ils ne sont pas à découvert?

  4. Gilbert Pinna dit :

    (Ouais… ça fait un moment que je me dis que les ourlets des pantalons de mon voisin ne sont pas nets… ouais… ça doit être ça… je m’en doutais…)

  5. un promeneur dit :

    merci Dominique, le risque dans notre société est en effet de ne pas être assez paranoïaque, il faut donc redoubler d’attention, et il est désormais vital de sortir armé (de certitudes), bardé d’arguments en béton. C’est d’ailleurs l’objet d’une loi à venir (securité publique/DH2010/09.11/Wikiloi).

  6. Désormière dit :

    Dans tous les hôpitaux les médecins et infirmiers se méfient : les patients à sang vert sont suspects. Hélas aucune consigne a observer dans ce cas n’a été donnée par le gouvernement. La population soupçonne que précisément certains membres … je n’en dis pas plus.

  7. patrick verroust dit :

    Dans une société qui a choisi l’avoir plutôt que l’être, l’être anonyme est un danger potentiels, les gens ont peur de se faire avoir. Par contre , si anonyme, il y a, peut être , une possibilité de se faire les avoirs des autres , ils veulent bien en être.

  8. @ patrick verroust : le bateau-lavoir demeure.

    @ Désormière : parlez, je vous en prie ! Ou diffusez les télégrammes sur le sujet !

  9. Moons dit :

    Tu as croisé une dizaine de supporters de Saint-Etienne, avoue !

  10. Sorcière dit :

    Effrayant ! je suis verte ….
    Syndrome grippal ?

  11. @ Sorcière : non, syndrome du troisième type.

  12. Harmonia dit :

    Des extra-terrestres qui lisent Louis-René des Forêts et bah je prends et plutôt deux fois qu’une… Et pourvu qu’ils nous « colonisent » vite vite vite…

  13. @ Harmonia : certains d’entre eux auraient pris son auteur pour un guide touristique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s