Banquise casse-tête

Publié: 19 décembre 2010 dans Design
Tags:, , ,

On a du mal à livrer, en ce moment. Pas seulement à cause de la météo – le gouvernement s’en occupe, la gendarmerie est sur le pied de guerre – mais aussi parce que les gens fabriquent maintenant eux-mêmes, avec ces frigos à l’américaine, ce qui mettra leur pastis ou whisky à zéro degré.

Aujourd’hui, les rues seront recouvertes de 10 à 15 cm de poudreuse, puis complètement verglacées, il faudrait être fou pour faire appel à nous. Un coup de volant un peu brusque et c’est la camionnette qui valdingue dans le décor, bonjour le constat avec l’embouti et les frais d’assurance !

En été, c’est vraiment cool. On nous offre même un verre une fois le dépôt effectué. Le soleil brille, les chiens font « Kwaï ! Kwaï ! » quand ils nous aperçoivent. Les femmes seules nous attendent comme le plombier, à l’heure de l’apéro.

(Photo : cliquer pour rafraîchir.)

Mais la fin de l’année s’annonce mal. Des collègues ont entendu parler de licenciements, de réorientation de notre offre. Avec l’hiver – tu parles d’un « réchauffement climatique », qu’il faudrait plutôt appeler « dérèglement » ! – il y a sans doute un marché à développer : celui des bouillottes.

Il paraît même que notre patron demanderait le concours de Philippe Starck pour dessiner un modèle sensationnel : adieu le caoutchouc rouge mollasson ou le métal hurlant dans son ovale d’ovni au lit.

Faut voir… En attendant, on roule et on galère, banquise casse-tête.

(Photo : Paris le 17 décembre. Cliquer pour grelotter.)

Publicités
commentaires
  1. brigetoun dit :

    transparentes pour évoquer des glaçons en train de fondre ?

  2. @ brigetoun : oui, des bouillottes invisibles dans les draps blancs.

  3. lautreje dit :

    seule solution : la perpétuelle reconversion !

  4. @ lautreje : c’est « l’adaptation au marché ».

  5. patrick verroust dit :

    Le gel des livraisons de glaçons, qui doivent pourtant, être livré à température, c’est la face cachée de l’iceberg. L’économie va bien mal. L’économie parallèle a pris un coup de barre. Elle est menacée d’être arrêtée à tout moment ? Ses véhicules « quatre quatre »spécialisées dans les livraisons tous temps ont été confisqués.
    Il y a un point positif, le rapprochement de la population avec la police. Avec le verglas, Les gens craignent plus les dérapages que les bavures.
    Nous sommes vraiment formatés pour la consommation? Pourquoi acheter des bouillottes alors que masser la peau lisse aux fesses réchauffent la massée et le masseur. C’est une méthode connue dans tout le globe (fessier)

  6. @ patick verroust : il manque parfois une certaine police des caractères.

  7. Sorcière dit :

    C’est amusant tout de même d’observer qu’à l’ère de l’adoration du veau d’or, l’électronique nous promet tout, tout de suite et même ce que l’on ne veut pas en prime (moyennant bien entendu de s’appauvrir jusqu’à ce que mort s’en suive) et que parallèlement on retourne à l’âge de pierre de la communication physique et à la survie … Le grand écart et le claquage jusqu’à la paralysie ?

    Un seul but, une seule motivation : entretenir par l’illusion et la manipulation cette pompe à fric, ce flot de fric continu vers un système hémorragique, irresponsable et mortuaire qui n’indemnise plus de ce qu’il ne fournit plus.

    L’avenir est dans le concept de « force majeure » qui n’est que le jumeau de « secret défense » et qui se résoud dans l’équation : démerdez-vous, on s’en fout 😉

    Je parie que la prochaine mesure pour pallier aux cendres d’un volcan, comme à la neige et au gel dans les aéroports, les gares, les autoroutes ect … sera d’organiser des zones de rétention des voyageurs pour une durée égale à celle du séjour objet du contrat 🙂

    Comme l’a dit en quelque sorte un certain préfet, il faut la jouer fine pour éviter que les entreprises perdent du fric. Moi j’ai compris, la perte de fric et la galère du zombi de base on s’en fout ! mdr

    C’est toujours la pagaille pour un simple épisode neigeux mais il ne faut plus en parler puisque c’est idem chez les autres et que notre gouvernement s’est réuni pour envisager le rapport pertes/économies/dépenses à éviter/bénéfice-risque final/2012. Soluce ? : la déroute !!!!!

  8. @ Sorcière : Un article très intéressant, récemment dans « Libé » (rubrique sciences), montrait comment les changements climatiques imposaient non plus des mesures au coup par coup ou des investissements démesurés dans des « déneigeuses » utilisées une fois par an, mais bien l’arrêt de travail généralisé pendant un ou deux jours.
    Evidemment, cette solution « radicale » (alors qu’Internet permet la poursuite des activités à domicile) ne plaît pas aux chefs d’entreprises qui veulent avoir leurs salariés sous les yeux et à la botte (d’hiver) : et cela fait trop penser aux 35 heures et aux « utopies » fâcheuses du même genre (relire Adret, « Travailler deux heures par jour »).

    • Sorcière dit :

      Elémentaire ! cher Dominique,
      Il est évident que les désordres climatiques prévisibles et autres non prévisibles vont imposer, faute de prévoyance coûteuse et de marges décentes, des arrets de productivité que l’on va chercher à faire payer au lampiste qui ne peut déjà plus rien payer ! lol

      Cela commence à se traduire par les augmentations généralisées au niveau des assurances … (et du baisage sur l’énergie …) sans autre interrogation sur les sinistres à répétition, juste pour lisser la perte de profit.

      Je parie que ceux qui n’ont pas cédé aux sirènes du moindre coût, ceux qui sont restés conscients, ne vont pas tarder A NE PLUS S’ASSURER parce que ça va devenir rentable d’accepter le risque préalablement bien étudié vu le pompage ! mdr

      Quand on ne se sent pas « rempli de ses droits » on se marginalise et on ne vit pas plus mal ! rire et ce sera l’effondrement d’un système qui ne remplit plus personne des ses droits.

      Quand on bosse, on sait parfaitement que la productivité ne dépasse pas 2 heures par jour vu qu’on nous occupe le reste du temps en pertes de temps qui génèrent quand même du profit à faire et à défaire ou à refaire quand ce n’est pas attendre en vain ! éclat de rire ça s’appelle « travailler » et ça calme … et ça déniaise

      Ma fille (elle vérifie chacune de mes intuitions 😉 ) m’a transmis dernièrement un lien vers un livre : « La grande implosion » paru chez Fayard en 1995.

  9. Je vous rassure. Et puis non. Il y a de quoi s’inquiéter. Les mots suivants se retrouvent dans notre propre actualité, de ce côté-ci de l’Amérique : gouvernement, économie, mises à pied, fermetures d’entreprises avant la fin de l’année. Météo maintenant. Verglas, pluie verglaçante, poudrerie, neiges. Les frigos à l’américaine… nous les subissons déjà.

    Pierre R.

  10. Ambre dit :

    Vous dégainez au quart de tour pour prendre ces photos, au bon moment!
    Pour la bouillotte je contredirais la thèse de Ph. Starck et dirais que le contenant est plus important que le contenu.
    Quand le contenant pète bonjour le matelas! (sans jeu de mots)

  11. @ Ambre : le discours purement publicitaire, ici, de Philippe Starck est bien en dessous de ses réalisations inventives.
    Contenant et contenu : comment les séparer ?

    @ Pierre Chantelois : l’américanisation va bon train (ou bon « trail ») ici. Mais on n’a pas encore copié l’efficacité de l’administration au Québec contre les effets des chutes de neige !

  12. patrick verroust dit :

    Les commentaires de Sorcière relève, sacrément le niveau.bravo à elle. Ceci dit, on enfonce un peu des portes ouvertes. Vous semblez restés ignorant à Paris des désengagements des services de DDE , pour ce qui concerne les événements hivernaux classiques , supposés en voie de disparition. Je dois dire que j’approuve cette mesure, même, si j’en paie, personnellement, très cher les conséquences. Pour faire face aux déréglemente climatiques et économiques, il y deux grandes voies, soit une cohésion collective plus grande et une importante mutualisation des risques soit une individualisation plus poussée, l’individu subissant seul , les risques de la vie, qu’il en soit responsable ou pas. Personne ne semble prêt au premier choix, le second s’impose, donc, allégrement. Le cynisme des décideurs est à la mesure de notre incapacité d’organiser autre chose que d’alimenter le moloch du profit à court terme qui n’en demande, peut être , pas tant. Japper ne sert à rien d’autre que se défouler sauf à espérer qu’une solution alternative finisse par émerger . Ce n’est pas demain la « vieille ». Merci , Sorcière pour cette intervention construite. Cela fait du bien de temps en temps.

  13. @ patrick verroust : « Vous semblez restés ignorant à Paris… » : vous vous adressez à qui ? Les « désengagements de DDE », vous approuvez ?

  14. patrick verroust dit :

    La question est un peu plus compliquée que vous semblez le croire. J’ai émis , dans mon commentaire, une position claire. Ce me semble.

  15. Michèle dit :

    Sur le million de kilomètres de routes du pays, l’État français n’en a plus en charge que 20 000 km, soit 2%. Dont 8200 km sont déjà entretenus par des concessionnaires privés sous contrat avec l’État. Les agents des onze directions interdépartementales des routes (DIR), issues du regroupement de la centaine de directions départementales de l’équipement, n’interviennent que sur les 11 800 km de routes restants. L’entretien des départementales et des axes secondaires a été transféré aux départements. Ces collectivités locales, déjà asphyxiées budgétairement, ont notamment en charge la maintenance de la flottille des véhicules de l’ex-DDE et une partie des personnels d’entretien de ces véhicules qui ont accepté leur transfert. L’entretien, des déneigeuses notamment, est confié au privé, via une plateforme téléphonique du groupe ALD à appeler pour les besoins courants et en cas de problème !
    Le projet de loi de finances 2011 fait figurer une baisse de 10% des budgets de fonctionnement des DIR et une baisse de 27% des budgets directement affectés à l’entretien des routes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s