Gogol, « Le Mariage » (Lol)

Publié: 22 décembre 2010 dans Politique, Théâtre
Tags:, ,

La place Saint-Sulpice a sans doute été décorée par un lecteur du best-seller mondial de Dan Brown, Da Vinci Code. Des ombres maléfiques s’y glissent impunément, mardi soir, même si le froid est miséricordieux.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Un peu plus loin, dans la rue du Vieux-Colombier (en traversant la rue de Rennes, Paris, 6e), se cache le théâtre du même nom : les spectateurs se pressent car Le Mariage de Gogol (1836) s’y donne sous contrat. Avant d’entrer dans le hall, Mathieu Amalric jette par terre sa cigarette à peine allumée qu’une admiratrice ramasse pour la terminer, vite fait.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Petite pièce d’apparence anondine et amusante, Le Mariage bénéficie d’une mise en scène tourneboulante, avec des inventions qui percent l’ambiance feutrée (au début) de la représentation jusqu’au déchaînement final. Les personnages se transforment alors en portraits sortant des murs ou finissent par escalader le décor lui-même. Satire sociale, conte funambulique, humour corrosif, puzzle de situations absurdes, cette histoire russe a tout pour plaire.

Dans la même salle – admirable écrin avec charpente arrondie en bois – Antonin Artaud fut présent le 13 janvier 1947, dans un tout autre genre : le double du théâtre.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Publicités
commentaires
  1. brigetoun dit :

    la comparaison est dure – mais la différence de genre sauve le spectacle actuel (semble-t-il jubilatoire) – pour les influences il faudrait aller interroger les tombes de ceux qui ont oeuvré à la place et l’église (et les féliciter de leurs dons de pré-science)

  2. @ brigetoun : oui, il ne s’agit pas de la même chose : seules les poutres apparentes de la salle sont un trait d’union entre ces figures.

  3. alainlecomte dit :

    Là, on rigole pas. C’est bien. Mais c’est quand même marrant l’anecdote de la cigarette… C’est vrai?
    Bravo pour les deux renvois à Artaud: le portrait et le texte lu.

  4. @alainlecomte : il n’y a pas de fumée sans feu ! Mathieu Amalric a ensuite embrassé, une fois entré dans le hall du théâtre, un de ses amis sans être gêné par quelque chose à la bouche.

  5. Quotiriens dit :

    Certains visages respirent vraiment l’intelligence, même (ou surtout?) si c’est au détriment de la santé mentale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s