L’absolu à quai

Publié: 28 décembre 2010 dans Voyages
Tags:, ,

C’est donc l’hiver le plus froid que la France ait connu depuis quarante ans, d’ailleurs l’info est confirmée dans Le Quotidien du peuple. Hier, près de la Bibliothèque nationale de France (chez Truffaut, on trouve de la paille pour animaux qui peut servir à emmailloter la terre des plantes sur un balcon), une péniche amarrée au quai débordant m’a fait songer à d’autres voyages : certains livres représentent, eux aussi, un absolu.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

« Quoi qu’il en soit, jusqu’à présent, le cachalot scientifique ou poétique ne figure intégralement dans aucune littérature. La vie des autres baleines que l’on chasse a été bien plus souvent décrite que celle du cachalot.

Or, les diverses espèces de baleines ont besoin d’un classement à la portée de tous. Ce ne sera pour le moment qu’une esquisse, mais elle sera complétée en tous sens par les observations à venir. Puisque personne de mieux préparé ne s’avance pour le faire, je le ferai donc, offrant ici mes propres modestes essais. Je ne promets rien de complet, parce que toute chose humaine supposée complète est, pour cette raison même, pleine d’erreurs. Je ne prétends pas faire une description anatomique détaillée des différentes espèces – du moins ici – ni même une description importante quelconque. Mon but sera de tracer seulement un schéma de la cétologie. Je serai l’architecte et non le maçon.

Mais je le répète, c’est une lourde tâche ; aucun trieur de lettres de bureau de poste n’y parviendrait. Poursuivre ces monstres dans le fond de la mer, à tâtons ; plonger les mains parmi ses innombrables origines et membres jusqu’au ventre du monde est une chose angoissante. Qui suis-je pour tenter d’attraper le léviathan par le bout du nez ? Les terribles menaces de Job peuvent bien me concerner et me terroriser : « Va-t-il (le léviathan) faire un pacte avec toi ? Ton espoir n’est que vanité ! » Mais j’ai navigué à travers bien des bibliothèques et j’ai vogué sur les océans. Ces mains que voici ont eu affaire aux baleines. Je suis sérieux et ferai de mon mieux. Il y a des préambules à établir. »

Herman Melville, Moby Dick, Gallimard 1941 (Livre de poche n° 1404-1407-1408, pages 181 et 182).

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Publicités
commentaires
  1. brigetoun dit :

    le début de Moby Dick, ce que j’ai préféré en le lisant, adolescente et je m’agaçais que cela manque dans les éditions pour « la jeunesse »

  2. L’édition que j’ai (un peu ancienne) commence par : « Je m’appelle Ishmaël. Mettons. »
    La traduction est pourtant de Lucien Jacques, Joan Smith et Jean Giono.
    Le texte original est : « Call me Ishmaël ».
    Incipit, ainsi soit-il !

  3. Gilbert Pinna dit :

    Et sous la Seine boueuse et glacée,
    la baleine blanche.

  4. @ Gilbert Pinna : son graphisme est représenté sur la première photo…

  5. patrick verroust dit :

    Des Achab de tout acabit courent après leurs illusions , se croient les rois d’Israël , ils ont massacrés le peuple des baleines et laissés les leurs, accablés . Les «C’est assez!» prophétiques s’enfoncent dans la désespérance abyssale que l’ultra libéralisme, léviathan moderne offre à ceux qu’il prive de jobs et de revenus. La baleine blanche est chassée à Wall Street où les banquiers suçotent le sang des rêves.

  6. @ patrick verroust : à Whale Street, vous voulez dire… ?

  7. patrick verroust dit :

    La seine va ravir la vedette au président qui ne va pas pouvoir se lancer dans un discours fleuve mais elle lui permettra d’éviter d’aborder la question du chômage qui déborde . Qui l’eut cru? Hélas, nous ne verrons pas toutes les crues se tasser.

  8. @ patrick verroust : on est bien le vingt-huîtres, aujourd’hui ?

  9. PdB dit :

    joli solo de batterie pour un joli bateau-resto et un livre magnifique (sans compter Gregory peck en Achab et John Huston à la manoeuvre) (pas son meilleur, mais qu’est-ce que ça fait ? les effets spéciaux datés, tu verrais… :°))

  10. @ PdB : ah oui, le film, je m’en souviens. Il repasse rarement.

  11. rose dit :

    la baleine blanche se nomme le beluga

  12. Zoë Lucider dit :

    Attraper le léviathan par le bout du nez ce n’est pas aussi simple que t’amener à quai cette belle baleine. Bravo pour la capture !

  13. @ Zoë Lucider : Truffaut m’a aidé !

    @ rose : c’est aussi un caviar (y penser pour le Nouvel An)…

  14. Nomade dit :

    Que serions nous sans les vigoureuses annonces du Quotidien du Peuple….
    Même le temps en France ne saurait être mis en avant sans ces solides et prolétariennes colonnes de presse…

  15. @ Nomade : Anmen (à la tienne) !

  16. Quotiriens dit :

    Moby Dick, je préférerais ne pas…
    Tout est là.

  17. @ Quotiriens : By the way…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s