Tram vers Tchekhov

Publié: 23 janvier 2011 dans Théâtre
Tags:, , ,

En sortant de la station Bobigny-Pablo Picasso, hier soir, suivre à gauche la voie du tram qui file dans la nuit récente. C’est  là, au bout du voyage, qu’est donnée une version de la pièce de Tchekhov, Oncle Vania, par Lev Dodine.

La représentation (trois heures avec entracte) se déroule en russe, avec surtitres comme à l’Opéra, mais c’est facile de s’habituer au théâtre en V.O. Même si les acteurs ne s’expriment pas assez fort : il faut parfois tendre l’oreille quand leur présence physique s’atténue. La musique de la langue joue alors sa partition singulière.

Tout a été dit de la coupe opérée ici par Tchekhov dans la société bourgeoise – il y a même une préoccupation écologique avant la lettre concernant les arbres que l’homme abat pour se chauffer au lieu de « chercher le combustible dans la terre » – et de son interrogation métaphysique sur le sens de la vie. Une réflexion ancrée dans le quotidien (fenaison, pluie, vente du domaine…) et les allées et venues des personnages, leurs attirances, leurs déceptions, leurs espoirs retoqués.

Bientôt tout éclatera, comme l’orage imprévu, puis les chevaux seront là, le lendemain matin, chacun partira dans le soleil revenu, la grande propriété ne gardera, à la lumière des bougies, que ceux qui en ont été la cheville ouvrière.

(Photos : cliquer pour agrandir.)

Publicités
commentaires
  1. Amaryllis dit :

    J’ai assisté à cette même pièce dans un pré, assise sur une motte de foin avec le théâtre de l’unité, la troupe de Jacques Livchine. Savoureux, réjouissant.

  2. sylvaine vaucher dit :

    La Maison de la Culture a été taguée depuis l’affaire Céline et je n’ai pas dit Lénine 🙂

  3. @ sylvaine vaucher : il est vrai que l’inscription sur le boulevard aurait besoin d’un certain ravalement… (difficile de confondre malgré les terminaisons).

  4. Dom A. dit :

    J’aurais probablement fini par fermer les yeux.
    Une autre façon de voyager, plus loin encore.

  5. @ Dom A. :le russe – ou la vodka – peut avoir, à haute dose, un effet dormitif.

  6. @ Dom A. : le russe – ou la vodka – peut avoir, à haute dose, un effet dormitif.

  7. La Maison de la Culture de Bobigny, à 20h ou 21h, c’est tard et c’est loin depuis la station de métro pour un parisien. J’y suis allé une seule fois par hasard il y a déjà quelques années en ramassant dans je ne sais plus quel lieu ces cartes postales gratuites qui annoncent les spectacles à venir. C’était pour voir Barychnikov et c’était en matinée, 16 ou 17h.

  8. @ Daniel Quintin : ça vaut pourtant le déplacement.

    • A pied c’était long et triste entre le métro et le théâtre. Je suis arrivé à la bourre. On m’a placé sur un côté pour ne pas déranger le public et je n’ai pu regagner ma place qu’à l’entracte. Je n’ai pas vu Noureev sur scène, mais au moins j’ai vu Barychnikov. Cela valait le déplacement et je ne regrette rien.

  9. @ Daniel Quintin : l’absence de regrets est déjà un applaudissement personnel…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s