Mitterrand (François), « écrivain-né »

Publié: 11 mai 2011 dans Actualité
Tags:, , ,

Le journal Le Monde (en papier) est paru hier après-midi, deux euros, avec un supplément : le fac-similé du numéro daté du 12 mai 1981. Etrange, de le retrouver ainsi, inchangé, comme resurgi brusquement du passé.

En première page, en bas à droite, un article de Bertrand Poirot-Delpech intitulé : « Un écrivain-né », contant les mérites littéraires de François Mitterrand, le tout nouveau président de la République.

On n’ose imaginer le même titre détaillant les œuvres du président de la République actuel.

Pour la suite de son article, Bertrand Poirot-Delpech, lui même artiste fin de l’écrit, a choisi un passage du célèbre ouvrage La Paille et le grain (Flammarion, 1975), repris dans un encadré avec cette phrase magnifique en exergue et en gras, à retenir par coeur : « Si mai est fou, c’est de vivre ».

(Scan : cliquer pour lire.)

J’ai ressorti alors mon « Poche » n° 5774 (édition de mai 1983) pour parcourir à nouveau ces chroniques qui s’échelonnent de 1971 à 1974.

Voici un autre extrait de ce livre, que je recopie ici :

« Jeudi 15 novembre (1973).

Le jour de la Toussaint, à Latche, comme je lisais « Le lac » de Bourniquel, un voisin qui chassait m’a appelé à grands cris. Un vol de grues traversait le ciel, plus bleu que gris, plus gris que bleu et d’une pureté si fragile qu’elle vous serrait la gorge. A l’autre bout de la clairière, d’autres chasseurs levaient le nez et s’exclamaient.  Là-haut, toutes les dix secondes, l’oiseau de pointe, aussitôt remplacé, s’effaçait, coulait à l’arrière. Un relais incessant  à grands coups d’ailes irréguliers imprimait à la migration un intense mouvement intérieur sans que fût modifié le dessin parfait de l’ensemble. Dit-on d’une grue comme d’une corneille qu’elle croasse ? On entendait des appels rauques.

Ce spectacle, jadis, ne m’aurait pas tant saisi. Mais on oublie si vite le grand jeu de la vie que ces échassiers en voyage réveillaient en moi la mémoire obscure de l’espèce, celle qui se souvient des symboles et des signes. » (page 213)

(Scan : cliquer pour récolter.)

(Olivier Messiaen, Chant d’oiseau)

Publicités
commentaires
  1. brigetoun dit :

    là encore a été critiqué, « écriture bourgeoise », appliquée, Maurras… etc..
    Rien ne trouve grâce – et tout de même, la comparaison..

  2. @ brigetoun : Henri Guaino n’avait pas encore fait son trou.

  3. lignes bleues dit :

    oui toute la poésie d’H.G. : sujet, verbe, complément, un vrai régal.

  4. lautreje dit :

    Retrouvons nos symboles, nos signes et nos valeurs !

  5. @ lignes bleues : ou trois lettres fatidiques comme l’ENA

  6. Ceriat dit :

    Bonjour Dominique Hasselmann, merci de nous informé que François Mitterrand a écrit de beaux textes.

  7. M dit :

    Plutôt que Maurras, un souvenir de Chateaubriand…

    « Le clocher solitaire s’élevant au loin dans la vallée a souvent attiré mes regards ; souvent j’ai suivi des yeux les oiseaux de passage qui volaient au-dessus de ma tête. Je me figurais les bords ignorés, les climats lointains où ils se rendent ; j’aurais voulu être sur leurs ailes. Un secret instinct me tourmentait : je sentais que je n’étais moi-même qu’un voyageur, mais une voix du ciel semblait me dire : « Homme, la saison de ta migration n’est pas encore venue ; attends que le vent de la mort se lève, alors tu déploieras ton vol vers ces régions inconnues que ton coeur demande ».

  8. NS dit :

    C lammantable et scandalleu. Moi je lis des blogs ou ont dit qu’il navait aucune kultur.
    Ceux sont les vrai blogs que j’admire et j’interedirais le votre quand je serais réllu.

  9. PdB dit :

    La prose de nano1© est belle comme de l’antique (« sa » biographie de Georges Mandel, quelle merveille du savoir couper/coller…), un peu comme celle de crâne d’oeuf (quelle maîtrise de l’art littéraire, ce chauve académicien accordéoniste et footballeur : j’adore ça) : ah, l’immense président sur son vélo, sur sa pirogue sans bourrelet, en train de courir, voilà des images d’Epinal comme on les aime, qui illustreront à merveille ses mémoires : rien que l’idée d’un tel monument de l’intelligence planétaire me met en joie…(les mémoires d’un âne ? oh…!!!)

  10. Désormière dit :

    François Mitterrand a écrit « La paille et le grain » entre 1971 et 1974 et la création littéraire n’était pas son souci. Il rédigeait une chronique c’est à dire un texte au style simple et clair. En effet, faire le reproche d’une « écriture bourgeoise » est risible et malhonnête. Aurait-il dû écrire ainsi (et alors quelles critiques aurions-nous entendues ?) :
     » Soudain des mots, une strophe, une seule, elle flotte, se déploie, elle m’enveloppe, me pénètre… une chaude buée…
    Et toute notre construction, cet objet patiemment recollé se défait… les morceaux emboîtés les uns dans les autres se séparent, s’éparpillent… ils disparaissent… les mots les recouvrent… Par toutes leurs voyelles, leurs consonnes ils se tendent, s’ouvrent, aspirent, s’imbibent, s’emplissent, se gonflent, s’épandent à la mesure d’espaces infinis, à la mesure de bonheurs sans bornes… »
    « Disent les imbéciles », Gallimard, 1976.
    Avec toute mon admiration pour Nathalie Sarraute.

  11. JEA dit :

    Sous la plume de François Mitterrand :
    – « On peut aussi travailler à la relève, écrire, disent les plus jeunes qui vont bientôt à leur tour se sentir si vieux, si faibles, dans cette nature inquiétante et pluvieuse qui est toujours celle des premiers âges du monde, et connaître l’impression qu’on n’y est pour rien, qu’on va mourir sans avoir rien fait… que bientôt l’heure sera passée. »

    NB : le NS d’un commentaire plus haut = National Sozialisme ?

  12. alainlecomte dit :

    bon, à la lettre… un « écrivain né »… on ne sait pas trop ce que c’est… On
    « naît » écrivain? Allons donc…

  13. @ alainlecomte : vous savez bien qu’il s’agit d’une expression toute faite que l’on ne saurait prendre au pied de la lettre (sauf si l’on croit, comme Sarkozy, aux gènes dans certains domaines).

  14. Dom A. dit :

    @JEA: Je suis l’unique responsable de cette galéjade! 🙂

  15. @ Dom A. : cet aveu vaut pardon !

  16. Marx etait poete aussi
    Mitterrand etait un ecrivain
    DSK prendra le Nobel de la litterature

    Au secours la Droite est partout

  17. @ ΔΟΝ ΚΙΧΩΤΗΣ :
    – Le Manifeste du Parti communiste est l’équivalent de La Légende des Siècles.
    – Mitterrand était doué.
    – DSK se fera sans doute aider par une petite main.

  18. ΔΟΝ ΚΙΧΩΤΗΣ : à son niveau, on se contente de dicter.

  19. @ M (13:58) : ce titre s’impose (si l’on admet les attaques sur le physique… ce qui est le propre de la caricature) et la photo du politicien siégeant à son banc est toute empreinte d’un savoir-vivre qui ne surprend pas outre-mesure !

  20. Zoë Lucider dit :

    J’ai laissé un commentaire chez Solko et c’est rigolo, j’ai rappelé le slogan au secours la droite revient et je le retrouve ici.
    NB j’avais deviné que le NS était ce farceur de Dom A. Je fréquente trop ces Dominique 🙂

  21. @ Zoë Lucider : mais ce slogan était déjà présent hier, en illustration, sur L’Irréductible… Quant à Dom A., c’est quelqu’un de très sérieux.

  22. PhA dit :

    Tiens, sur le même thème, j’ai lu ceci.
    Du coup ça m’a ouvert les yeux sur mes propres ambitions.

  23. @ PhA : il n’est pas trop tard pour te présenter à la prochaine échéance, d’autant que l’on connaît maintenant les dates : 22 avril et 6 mai 2012.

    Tu peux compter sur ma signature, si tu es candidat (on ne les compte plus !).

  24. PhA dit :

    Oh que non ! Je sais désormais que mes ambitions sont plus hautes.

  25. Quotiriens dit :

    le meme president-né disait, parait-il en appartée, que dans le monde, il y a deux types de personnes, celles qui ont lu « les deux étendards » de Rebatet et les autres. Cela n’était bien sur pas publiable ni politiquement correct. Cet avis venait peut etre de sa fascination pour l’engagement total de l’écrivain, contre vents et marées, tout a l’opposé de l’homme politique. Une vision personnelle, schizophrénique, mais si commune, de l’abime entre ce que j’aimerai et ce que je réalise.

  26. brigetoun dit :

    et puis s’il y avait tromperie, ce qui était promis ou donné comme but était d’une autre qualité

  27. @ PhA : je m’en doutais un peu…

    @ Quotiriens : on lui prête beaucoup de déclarations, à ce Président-là.

    @ brigetoun : ici, on chipote sur le RSA, à quand le retour du STO ?

  28. Sophie K. dit :

    « On n’ose imaginer le même titre détaillant les œuvres du président de la République actuel. »

    Si, si, je sais, pour l’élu de 2007 : « Un cri vain est né ! » 🙂

  29. @ Sophie K. : tu pourrais être éditrice.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s