Archives de 19 mai 2011

Dans un film policier se déroulant dans les années soixante, il aurait été encadré par des policiers en civil avec un Stetson sur la tête (mais on n’est plus à Dallas, Texas), comme sur la photo célèbre de Lee Harvey Oswald avant qu’il ne soit abattu par Jack Ruby.

(Photos : Paris, 17 mai. Rue des Carmes, 5e. Cliquer pour agrandir.)

Une des images qui ont fait le tour du monde, signée Robert Stolarik et parue le 15 mai dans The New York Times – avant les autres, celles du tribunal de Manhattan – expose un DSK qui a la tête de l’emploi, celle du coupable, mal rasé, mal vêtu, mal dans sa peau.

Il vient d’annoncer sa démission du FMI et a réaffirmé son innocence.

(Capture d’écran du monde.fr de ce matin.)

Même si les charges et les indices semblent s’accumuler contre lui, ses défenseurs se préparent à l’offensive contre ces accusations.

Il est clair que la carrière politique de DSK paraît brisée (mais pourquoi ces métaphores, plus ou moins triomphantes, avec termes de boxe, à la « une » de certains journaux français ?).

(Photo librairie : rue Cujas. Cliquer pour agrandir.)

Le Panthéon parisien est loin, inaccessible, sa coupole ressemble pourtant à une sorte de chapeau. DSK était-il un grand homme, perdu par son attirance vers les femmes, et la patrie lui doit-elle quelque chose ? Celle-ci est reconnaissante ou totalement indifférente.

(Photos : place du Panthéon. Cliquer pour agrandir.)

(Dave Brubeck, Bluette)