Bac : à prendre, comme Luc Ferry, avec philosophie

Publié: 16 juin 2011 dans Actualité
Tags:, , , , ,

C’est ce matin, le jour J du bac, et il commence par la philo.

Nul doute que l’immarcescible Luc Ferry ne surveille avec attention l’énoncé des sujets, cela pourra l’aider à disserter devant un public choisi, lors de sa prochaine croisière (Le Canard enchaîné d’hier) du 22 octobre au 2 novembre, dont le thème s’énonce ainsi : « D’Athènes à Jérusalem, un parcours entre foi et raison ».

Là, au moins, en payant « à partir de 2 090 euros », on est sûr d’être reçu (pas au bac, sur le paquebot).

(Capture d’écran du Nouvelobs.com. Le tag a été rajouté. Cliquer pour agrandir.)

(Maman, les p’tits bateaux, comptine)

Publicités
commentaires
  1. brigetoun dit :

    et il échangera avec ses co-animateurs-de-luxe

  2. @ brigetoun : quoi, des billets de banque ?

  3. PdB dit :

    le mondain dévoilera probablement à son auditoire (ça fait envie) des noms et des turpitudes croustillantes comme il sait en diffuser : la grande classe pour ce ferry (non, ce bac) (ah non, merde, ce croiseur)(pfff)

  4. @ PdB : « croiseur » (pas au sens d’un film américain que tu dois connaître, je fais gaffe…) de célébrités ?

  5. Dom A. dit :

    Il parait que Platon était de la jaquette.

  6. Dom A. dit :

    Je suis content d’avoir lancé un pavé dans la mare.

  7. @ Dom A. : Luc Ferry est très attentif aux jaquettes qui ornent ses pensées, comme celle-ci :

     » A. Philonenko est à ma connaissance le seul interprète de Kant à avoir perçu cette difficulté. La solution qu’il envisage dans Théorie et Praxis, malgré tout l’intérêt qu’elle présente, ne me semble cependant pas pleinement satisfaisante. Elle tend à montrer qu’en 1784, Kant confondrait encore morale et politique, « Règne des fins » et constitution républicaine, et que c’est cette confusion qui lui interdirait de trouver une solution au problème. En 1795, au contraire, séparant « nettement le problème politique et le problème éthique qu’il confondait en 1784  » (p. 29), Kant pourrait enfin considérer que la question de la réalisation d’une constitution républicaine est susceptible d’une solution, « même pour un peuple de démons », puisqu’elle ne « requiert pas l’amélioration morale des hommes », selon les formules du Projet de paix perpétuelle que l’on a déjà citées. Cette interprétation qui, assurément, a le mérite de rapporter la difficulté des textes de Kant à la question, effectivement centrale, des rapports de la morale et de la politique, me paraît toutefois se heurter à deux objections. (…) »

    Luc Ferry, Philosophie politique, tome 2, PUF, collection Recherches politiques, 1984 (page 152).

  8. gballand dit :

    Avant la croisière, le chemin de croix pour Luc !
    Luc : Du latin lux, « lumière » ou du grec leukos, « pur, clair », de la non influence des prénoms sur la vie des hommes… mais cela doit être dû à son côté « rebelle » !!!
    Votre choix musical est délicieux, surtout en ce jour de bac…

  9. M dit :

    S’il part en couple, le compte tombe pile juste, il peut payer le billet pour deux avec l’un des mois de salaire perçus indûment.

  10. ceriat dit :

    Je trouve que lorsque l’on parle de Luc Ferry, la comptine « les pt’its bateaux » colle parfaitement au personnage qui se fout de notre tronche depuis pas mal de temps déjà.

  11. @ ceriat : pourtant, il n’est plus ministre de l’Education nationale !

  12. M dit :

    Des Croisés à la croisière, déchoierait-elle plus que de Fouquières en Ferry (moyen de transport fort roturier) ?

  13. @ M : Le splendide Princess Danae ne doit pas être confondu avec une vulgaire unité des Corsica Ferries.

  14. M dit :

    « Princess Danaë »? D’où la pluie d’or!

    • @ M : on pourrait lui dire : « CAS-toi… » (mais cela tomberait peut-être aussi sous le coup de la loi).
      Juste une remarque : l’allusion à Rama Yade comme ambassadrice (article de Marianne daté du 15 juin) n’est désormais plus valable !

  15. alithia dit :

    L’enquête sur les multiples rémunérations de Luc Ferry qui vend partout des conférences au patronat des divers secteurs de l’économie et chambres de commerce, aux mémères emperlousées en croisière et autres provinciaux en mal de soirées mondaines, ses articles promotionnels au service de divers lobbys et ou entreprise, tels les laboratoires Servier dont une représentante a été introduite par lui au CAS (une amie de 20 ans) , cette enquête bien venue à laquelle j’avais précédemment fait allusion, commence à se faire

    Libération ;
    Mediapart ;
    Rue 89.

    Ferry a constitué ce CAS avec ses amis, co-auteurs de ses livres, auteurs de livres sur lui-même ou d’articles élogieux pour sa personne, relations d’affaires et politiques, le penseur de l’UMP va-t-il couler sous le poids de sa vénalité complaisante ?

  16. alithia dit :

    comment ça marche votre truc ? enrayé ?

    bon, bon, si ce n’est le Canard, la presse qui est encore libre en France a bien su aller chercher derrière les apparences de notre ferry boat

    bonne journée Dominique , ne laissez pas les messages inutiles d’un humour bâtard, abîmer votre beau blog

    cordialement

    • @ alithia : tout commentaire qui comporte deux liens ou plus est automatiquement mis « en attente » car soupçonné par WordPress d’être un spam. C’est donc ce qui est arrivé au vôtre : il ne s’agit pas de censure, la preuve, j’ai débloqué votre envoi.

  17. arff dit :

    Le problème vient certainement de ce que ses cours sont trop hautement géniaux pour être bien compris et que, même s’il le voulait, il ne pourrait pas s’abaisser à les vulgariser pour de si petites congrégations immatures, aussi se consacre-t-il directement à l’ensemble de l’humanité à qui il peut dispenser ses lumières élevées, ce qui est très courageux et désintéressé de sa part

    • @ arff : Luc Ferry est un bienfaiteur de l’humanité et ce ne sont pas quelques « censeurs d’opérette » qui pourront le faire chuter du fier piédestal où il s’est hissé tout seul à la force du poignet.
      Si l’on manque d’un poste à pourvoir à l’Académie française, il devrait y être nommé d’office rapidement (quelle qu’en soit la rétribution, fût-elle même purement honorifique).

  18. Pastelle dit :

    Sympa le petit clin d’oeil.
    Un peu cher, le voyage prévu par contre…

    J’ai reçu un sujet par texto :
    « L’homme est il condamné à se faire des illusions sur lui même ? »

    Ca me laisse rêveuse…

  19. @ Pastelle : « L’homme n’est pas condamné à se faire des illusions sur lui-même : lorsqu’il se regarde dans la glace qui surmonte la cheminée monumentale du salon de son modeste appartement parisien, il s’esbaudit de son image échevelée, de sa figure intelligente, et aperçoit en face de lui un être magnanime, volant dans l’empyrée des idées que l’on garde sur son quant-à-soi s’il le faut, brassant les projets, les missions et les voyages d’agrément dans un joyeux maelström de circonstances plus heureuses les unes que les autres. L’humanité lui semble alors petite, mesquine et rapace : l’air pur qui lui chatouille les narines montre que tout est possible aux âmes bien nées et joliment appariées avec le pouvoir politique, médiatique et morganatique. »

    (Introduction de la copie du bac d’un philosophe célèbre, rédigée comme modèle payant : 300 euros sur le site http://lfvousaideaprendrelebac.com.)

    • Pastelle dit :

      Et quelle note a t-il obtenue avec cette merveilleuse introduction, et les 8 pages suivantes comme il se doit pour un sujet de bac ?

      Décidément c’est une note chère que vous proposez aujourd’hui. 🙂

  20. Sorcière dit :

    Pour Luc Ferry, je n’ai toujours pas compris si il s’agit d’une mise à disposition ou d’un détachement !!! cela semble relever d’une procédure mixte inconnue …
    Ce « CAS » n’est certainement pas unique en termes d’assistanat des nantis virés du pouvoir et qui exigent le financement de l’entretien de leur réseau.
    Quand je pense qu’on parle d’assistanat pour les titulaires du RSA …
    La France est en train d’atteindre le niveau de corruption de la Grèce (même causes, même effets ?)

    • @ Sorcière : il sera bientôt « détaché » officiellement, maintenant que son CAS a été examiné favorablement par le tenancier de l’hôtel Matignon et bientôt dûment homologué par décret en fonction des demandes exorbitantes de l’université de Paris-VII (dirigée par un opposant notoire à la politique actuelle).

  21. alithia dit :

    sujet du bac philo aujourdh’ui,
    Pascal à l’attention de Luc Ferry et de tout philosophe qui aurait la mauvaise idée de se vendre au pouvoir politique suprême

     » Chaque degré de bonne fortune qui nous élève dans le monde nous
    éloigne davantage de la vérité, parce qu’on appréhende plus de blesser ceux dont
    l’affection est plus utile et l’aversion plus dangereuse. Un prince sera la fable de toute
    l’Europe, et lui seul n’en saura rien. Je ne m’en étonne pas : dire la vérité est utile à
    celui à qui on la dit, mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu’ils se font haïr.
    Or, ceux qui vivent avec les princes aiment mieux leurs intérêts que celui du prince
    qu’ils servent ; et ainsi, ils n’ont garde de lui procurer un avantage en se nuisant à
    eux-mêmes.

    Ce malheur est sans doute plus grand et plus ordinaire dans les plus grandes
    fortunes ; mais les moindres n’en sont pas exemptes, parce qu’il y a toujours quelque
    intérêt à se faire aimer des hommes. Ainsi la vie humaine n’est qu’une illusion
    perpétuelle ; on ne fait que s’entre-tromper et s’entre-flatter. Personne ne parle de
    nous en notre présence comme il en parle en notre absence. L’union qui est entre les
    hommes n’est fondée que sur cette mutuelle tromperie ; et peu d’amitiés
    subsisteraient, si chacun savait ce que son ami dit de lui lorsqu’il n’y est pas,
    quoiqu’il en parle alors sincèrement et sans passion.

    L’homme n’est donc que déguisement, que mensonge et hypocrisie, et en soi-même
    et à l’égard des autres. Il ne veut donc pas qu’on lui dise la vérité. Il évite de la
    dire aux autres ; et toutes ces dispositions, si éloignées de la justice et de la raison,
    ont une racine naturelle dans son coeur. »

    PASCAL, Pensées

  22. @ alithia : le pessimisme pascalien est opposé en droite ligne – je pèse mes mots – aux fanfaronnades de celui auquel vous semblez faire allusion. Je doute qu’il en prenne de la graine.
    J’imagine même ce mot dans sa bouche : « Je m’en Fichte ! »

  23. Sorcière dit :

    Tous les sujets ?
    Faire plancher Luc Ferry sur tous les sujets en vue d’un prochain rapport du CAS.

  24. arff dit :

    Il faudrait créer un ministère de philosophie morale, dont il serait la tête (pensante) inamovible

    • @ Sorcière : la Grèce, entre autres, mérite que l’on (se) dépense pour elle sans compter.

      @ arff ; la philosophie morale, telle qu’elle nous est administrée en ce moment, c’est comme l’eau ferrygineuse : moins en en boit, mieux on se porte.

  25. Pensez BiBi dit :

    J’aime bien quand tu traverses le bac avec un Ferry ! 🙂

  26. @ Pensez Bibi : j’ai crié « Twitter ! » en apercevant avec soulagement la côte…

  27. Olivier SC dit :

    Ferry bac à sable ? Bonne soirée !

  28. […] Bac : à prendre, comme Luc Ferry, avec philosophie. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s