Des nouvelles d’Alain Robbe-Grillet

Publié: 22 juin 2011 dans Livres
Tags:, , ,

Je l’ai retrouvé hier soir au milieu d’autres de ses livres parus aux Editions de Minuit (situées idéalement 7, rue Bernard-Palissy, Paris-VIe), si étroit que je l’ai soumis à ma règle transparente : Instantanés, d’Alain Robbe-Grillet, mesure 9, 4 cm x 17, 9  cm (un 10 x 18 est plus large et un tout petit peu moins haut).

Ce sont des nouvelles, parues en 1962, qui ressemblent à des photographies, d’où le titre sans doute. Des prises de vues littéraires, un style « objectif », des cadrages sans fioritures, du noir et blanc évidemment, les 109 pages en attestent.

J’ai scanné l’exemplaire (quel mot sublime !) à côté d’un crayon qui vient de chez Franprix et qui portait de manière prémonitoire une gomme à son sommet (l’équivalent de l’étoile blanche d’un stylo Montblanc ?).

(Scan : cliquer pour agrandir.)

 Alors, je l’ai relu dans la soirée (trop de bruit dehors, confondu avec de la musique), ce mince volume d’Alain Robbe-Grillet – j’ai repensé aussi à ses films – je ne sais plus quand je l’ai acheté, je n’ai pas noté la date. J’ai regardé ce cliché-là, par exemple, il est vrai que cet auteur classé « Nouveau roman » n’est plus du tout à la mode (tant mieux) :

« Un groupe, immobile, tout en bas du long escalier gris-fer, dont les marches l’une après l’autre affleurent, au niveau de la plate-forme d’arrivée, et disparaissent une à une dans un bruit de machinerie bien huilée, avec une régularité pourtant pesante, et saccadée en même temps, qui donne l’impression d’une grande vitesse à cet endroit où les marches disparaissent l’une après l’autre sous la surface horizontale, mais qui semble au contraire d’une lenteur extrême, ayant d’ailleurs perdu toute brusquerie, pour le regard qui, descendant la série des degrés successifs, retrouve, tout en bas du long escalier rectiligne, comme à la même place, le même groupe dont la posture n’a pas varié d’une ligne, un groupe immobile, debout sur les dernières marches, qui vient à peine de quitter la plate-forme de départ, s’est figé aussitôt pour la durée du parcours mécanique, s’est arrêté tout d’un coup, en pleine agitation, en pleine hâte, comme si le fait de mettre les pieds sur les marches mouvantes avait soudain paralysé les corps, l’un après l’autre, dans des poses à la fois détendues et rigides, en suspens, marquant la halte provisoire au milieu d’une course interrompue, tandis que l’escalier entier poursuit sa montée, s’élève avec régularité d’un mouvement uniforme, rectiligne, lent, presque insensible, oblique par rapport aux corps verticaux.(…) »

(Instantanés, Dans les couloirs du métropolitain, I. – L’escalier mécanique, pages 77-78.)

Publicités
commentaires
  1. brigetoun dit :

    et me donne envie de chercher à en dénicher un exemplaire.
    Le bruit mêlé de musique m’a envoyé vers des polars connus par coeur, incapable de toute lecture

  2. gballand dit :

    Cela ne doit pas être facile de lire Robbe-Grillet dans le bruit…

  3. jacques D dit :

    voici en effet à quoi peut servir un blog: une chasse aux trésors, un cadeau. Dans le rayon « Minuit » le butin est abondant, et la haute mer des livres nous guérit de l’écume du moment. Etes vous tabarlyste ?!

  4. Eugenie dit :

    Voilà un bon et beau début de journée, merci.

  5. PCH dit :

    pour moi, Robbe Grillet, (son instantané n’est pas si mal) c’est « l’Année dernière à Marienbad » (ici :
    une critique comme je les aime) plus que d’autres films discutables (disons)(probablement parce qu’il n’y est « que » scénariste, et que Resnais était à la manoeuvre, je suppose)
    Il fait beau sur Paris, en effet, on va prendre son pébrok pour aller au café je crois…

  6. @ PCH : certes, c’est son film le plus connu, mais il en a réalisé d’autres – à sa manière originale – dont le mystère enveloppe encore après la vision (Trans-Europ-Express, Glissements progressifs du plaisir…).
    Il y en a un seul que je n’ai jamais vu : Gradiva vous appelle (2007).

  7. M dit :

    Si ARG avait connu l’escalier-piano de métro qu’en aurait-il fait?

  8. Une Parisienne dit :

    Très chic la gomme associée à un sommet alpin !

  9. Dom A. dit :

    Et un bel érotomane! D’ailleurs, il place ses virgules comme des coups de langue,
    C’est à peu près tout; le reste, franchement, j’ai gommé.

  10. Bonjour
    Merci de m’ avoir faire connaitre cet auteur

  11. @ ΔΟΝ ΚΙΧΩΤΗΣ : j’ignore s’il est traduit et diffusé en Grèce, il est vrai que ce n’est pas le sujet de préoccupation numéro 1 en ce moment chez vous.

    • Δον Κιχώτης dit :

      Chez nous c est l occupation des neoliberaux avec l aide precieuse de nos gouvernementaux Le peuple est toujours absent et heureusement pas encore muet .
      Les cries ne sont pas si fortes encore pour demolire les rempars de Yeriho
      Cette fois sont les habitans de Yeriho qui ont le droit de se liberer.

  12. David dit :

    Tiens, voilà qui me donne envie de relire Topologie d’une cité fantôme, dont les belles visions hamiltoniennes avait ravi un après-midi d’ennui à la bibliothèque universitaire de Créteil, dans les années 90.

  13. Désormière dit :

    L’escalier mécanique – nommé également escalier roulant et que d’aucuns désignent comme escalator – qui monte ou qui descend, est tout à fait représentatif des glissements progressifs du plaisir, et par là parfaitement robbe-grilletien.

  14. calystee dit :

    Il était très à la mode lorsque j’étais en fac. Depuis, c’est vrai, je l’ai presque totalement oublié.

  15. ceriat dit :

    C’est vrai que l’extrait donne envie de le lire en entier. Merci pour cette découverte.

  16. caro.carito dit :

    Il faut du temps pour le lire comme Claude Sarraute je trouve. Par contre les films et pourtant j’aime le lent, non.

  17. @ caro.carito : je parlais de ce livre précisément. Pour les films, question de goût.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s