Absinthéisme répété

Publié: 25 juin 2011 dans Sculpture
Tags:, , ,

En ces jours de fraude au bac (Luc Chatel va-t-il pouvoir lancer son plan secret ?), il faudrait se perdre dans les vapeurs méphitiques de la verte absinthe, fée souterraine qui remonte à la surface, cuillère en suspension, morceau de sucre mijotant au-dessus du liquide énamouré, pour oublier les grandes manœuvres éducationnelles en cours.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Pour votre absinthéisme répété, vous avez un mot d’excuse ?

Paris, 3ème arrondissement, jeudi, bien après le lycée Turgot, sur le trottoir de gauche dans la rue de Turbigo, ce passage turbide qu’il suffit d’emprunter : j’aime ces mannequins inanimés qui ont une âme, ils possèdent en fait l’idée de leur immobilité finale.

(Photos : cliquer pour agrandir.)

Au bout de l’allée, bienvenue et arrosée durant un instant, la rue Saint-Martin conduira jusqu’au musée-usine à rêves de Beaubourg, flanqué de ses tubulures semblables à des coulisses de trombones géants.

(Photos : cliquer pour agrandir.)

Pendant ce temps-là, un fier représentant de la République (étiquette UMP) gambade librement dans la nature et jusque dans sa propre mairie – après avoir été mis en examen par quelques correcteurs pointilleux.

Mais, je vous en prie, respectons ici la présomption d’innocence.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

(Absinthe Minded, Envoi)

Publicités
commentaires
  1. brigetoun dit :

    sous le charme des souvenirs (y compris les mannequins) jusqu’au rire final – merci

  2. @ brigetoun : beaucoup de mannequins en politique, aussi…

  3. gballand dit :

    Vous suggérez que M. Tron soit entouré de mannequins pour diminuer son pouvoir de nuisance… ?

  4. Jerome dit :

    Une fraude au bac ? N’y a-t-il pas déjà eu une fuite du bac dans une centrale au Japon récemment ?

    Mais en France les conséquences seront moins graves.

  5. M dit :

    Quand une municipalité a du mal à éliminer ses étrons, c’est qu’elle a un réel problème de voirie.

  6. Dr Scholl dit :

    Le mannequin de droite, on dirait un ange…
    Un troisième sexe serait donc entré dans les canons?
    J’irai un de ces jours examiner ses voûtes!

  7. m.thiebaud dit :

    Je remarque au passage (de l’Ancre) que l’allusion à un  » fier représentant de la République  » se trouve juste sous la photo de la rue… Chapon.

  8. @ m. thiebaud : mais on peut encore trouver un parapluie en ces lieux… La rue Chapon est bien celle du scooter.

  9. PCH dit :

    On aperçoit le photographe dans le rétroviseur (bas de l’image du passage de l’Ancre), c’est parce qu’il n’y a qu’une place et une seule pour faire une bonne photo

  10. Ceriat dit :

    Je crains d’avoir oublié mon billet d’absinthe, j’espère que je n’aurais pas de retenue pour cela. Sinon, je me cacherais derrière un pot de fleur de la rue Saint-Martin.

  11. Le Tenancier dit :

    Ah, cher Dominique, réhabilitons les anciens breuvages !
    Quand donc allez-vous nous parler de la Bistrouille et du Vespetro ?

  12. @ Le Tenancier : ne serait-ce point à vous (si vous êtes également derrière un comptoir) de nous en faire goûter les délices. La première, je connais de nom, le Vespetro, j’ignorais mais il me semble tout à fait sympathique.

  13. Le Tenancier dit :

    Pseudo-sonnet imbriaque et désespéré

    Vin ! Hydromel ! Kummel ! Whisky ! Zytholaga !
    j’ai bu de tout ! parfois saoûl comme une bourrique !
    l’Archiduc de Weimar jadis me régala
    d’un vieux Johannisberg à très-cher la barrique !

    Dans le crâne scalpé du sachem Ko-Gor-Roo
    Boo-Loo, j’ai puisé l’eau des torrents d’Amérique !
    pour faire un grog vive l’acide sulfurique !
    Tout petit je suçais le lait d’un kanguroo (*)

    (Mon père est employé dans les pompes funèbres :
    c’est un homme puissant ! J’attelle quatre zèbres
    à mon petit dog-car et je m’en vais au trôt !)

    Or aujourd’hui, noyé de Picons et d’absinthes,
    je meurs plus écœuré que feu Jean des Essaintes :
    Mon Dieu ! n’avoir jamais goûté de vespetro !

    _____

    (*) Un kanguroo femelle bien entendu.
    (Note de l’Auteur.)

    In : George Fourest : La négresse blonde
    Ed. Corti.

  14. Zoë Lucider dit :

    Ils buvaient de l’absinthe,
    Comme l’on boit de l’eau,
    Mais l’un, c’était Verlaine,
    L’autre, c’était Rimbaud,
    Pour faire des poèmes,
    On ne boit pas de l’eau,
    Aujourd’hui, les « je t’aime »,
    S’écrivent en deux mots,
    Finis, les longs poèmes,
    La musique des mots,
    Dont se grisait Verlaine,
    Dont se saoulait Rimbaud,
    Barbara

    J’ai rattrapé mon retard et donc mieux compris ce qu’est le pot de Raynaud

  15. Olivier SC dit :

    Entre mannequins et alcool ; à lire sans modération ! Bonne fin de semaine !

  16. Le Tenancier dit :

    Ah mais Dominique, il est même des blogs qui sont sans modération (et de celle du Monde on s’en est passé)

  17. @ Le Tenancier : je ne « modérerai » donc pas votre commentaire.

  18. Si ces notes de bac avaient été transmises par tam-tam? Que dis-je là? Je me suis trompé de siècle. J’oublie que nous sommes en 2012. J’ai échoué.

  19. […] modération : Absinthéisme répété – Des pavots ; sans graines […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s