Archives de la catégorie ‘Performance’

La plainte pour « tentative de viol » sera déposée aujourd’hui à Paris par Tristane Banon, sur conseil de son avocat : l’histoire est bien connue mais, lors de l’affaire DSK au Sofitel de New York (14 mai), il avait préféré ne pas « interférer » avec la procédure judiciaire américaine en cours.

Cela signifierait-t-il que celle-ci est désormais bouclée ? Le « non-lieu » annoncé comme probable à Manhattan a bousculé toutes les éminences du PS, prêtes même pour certaines à décaler les dates de clôture d’inscription aux primaires afin que DSK puisse, « s’il le désire », y faire bonne figure.

Pourtant, Fabien Namias, rédacteur en chef (politique et économie) de France 2, affirmait hier, lors du journal de 20 heures, tenir de quelques personnes de l’entourage de DSK, qui l’avaient eu au téléphone récemment, que celui-ci n’envisageait plus l’élection présidentielle de 2012 comme une échéance pour lui-même.

En attendant, l’ex-directeur du FMI est rattrapé maintenant par les dires de la désormais célèbre Tristane Banon – fille d’Anne Mansouret, une hiérarque du PS, qui se présente elle-même aux primaires socialistes… – concernant l’agression par « un chimpanzé en rut » dont elle aurait été la proie en février 2003.

(Capture d’écran de Rue89. Le tag a été rajouté. Cliquer pour agrandir.)

« Info ou intox ? », comme dirait le présentateur qui sonne hardi pour l’audience des émissions « trash » dont il fait commerce.

Presque assuré d’être « blanchi » à New York, DSK est à nouveau « noirci » à Paris. Pas de chance avec les femmes, lui qui les aime tant : le voici victime de harcèlement judiciaire international ! Il était donc logique qu’il porte plainte à son tour (pour « dénonciation calomnieuse » s’agissant de faits « imaginaires »).

On examinera donc avec intérêt si la justice française sait, aussi bien que sa cousine américaine, démêler le faux du vrai et le récit de la fiction : un nouveau chapitre de storytelling, toujours brillamment analysé par Christian Salmon, vient de s’ouvrir, cliquer sur l’écran ou l’effleurer pour tourner les pages.

(Herbie Hancock, Cantaloupe Island)

Publicités

Souvent, je m’attarde sur les scooters (j’adore les Vespa pour leur esthétique), et j’aime l’évocation italienne provoquée alors en moi.

Forcément, je vois une fois encore ce travelling inoubliable de Nanni Moretti dans son Caro Diario (Journal intime).

(Photo : Paris, hier, Bd Saint-Martin. Cliquer pour agrandir.)

L’actualité est toujours présente : hier, un attardé marchait devant moi avec un journal en papier. Luc Ferry s’était montré lundi à Canal + tel que je l’ai lu dans ses bouquins (notamment Philosophie politique, PUF, 2 tomes, 1984) : prétentieux et indigeste.

Etait-il en roue libre ou en service commandé ? Ancien ministre de l’Education nationale, Luc Ferry botte en touche mais dérape sur le parquet.

(Photo : Bd Saint-Martin, cliquer pour agrandir.)

Ainsi, la photo est devenue quasi totalement numérique, la loi des grands nombres a sans doute frappé, nos fichiers échapperont-ils aux ravages du temps ? Je garde encore beaucoup de clichés sépia ou noir et blanc, dentelés ou pas, qui ont fixé des années lointaines.

Ici, un inventeur a été embarqué sur ce deux roues, à moins qu’il ne s’agisse d’une allusion à tout autre chose ?

(Photo : quai de Valmy. Cliquer pour agrandir.)

(Paolo Conte, Blue Tango)

En passant hier soir devant le Carreau du Temple (Paris, 3e), je me dis que les travaux avancent à grands pas. L’architecture métallique a heureusement été conservée et les fouilles archéologiques suivent leur cours historique.

(Photos : cliquer pour agrandir.)

 L’ouverture du nouvel ensemble (c’est le cabinet Milou qui avait été choisi, question de dessin) est prévue pour 2012 : pile l’année de la rénovation en avril-mai, qui ne sera pas qu’architecturale, même si DSK, candidat putatif à l’élection présidentielle, n’a pas su, d’après ce que nous en conte la presse américaine, se tenir à carreau derechef.

(Photos : cliquer pour agrandir.)

(Louis Armstrong, St Louis Blues)

Je l’ai aperçue dimanche matin, elle était toute fraîche mais cette femme devant la rue Dieu allait-elle demeurer longtemps ainsi ?

L’icône imprévue, le coeur déchiré, savait sans doute qu’un jour prochain la Propreté de Paris allait la faire disparaître, nier son existence comme dans une retouche de photo à l’époque stalinienne ou à celle de Paris Match.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Le coup de balai ou de Kärcher – un pro du nettoyage était à la tête de l’Etat – ferait comme si de rien n’avait été, ici, et l’image collée au mur de la petite maison d’où l’on commande (de manière invisible, avec un  caméra sur le toit) au pont tournant de la rue Dieu (Paris, 10e) serait effacée de notre vue, pas forcément de notre mémoire.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Et je me suis souvenu alors d’une de mes vidéos préférées, parmi celles que j’ai réalisées, qui montre – en plus d’une jolie fille en moto, avec son casque étoilé – le fonctionnement toujours amusant, révélateur de l’ingéniosité humaine, du système installé aussi, à plus grande échelle, sur des fleuves et à l’étranger.

Juste à coté se trouve le café-restaurant La Marine : prions pour qu’une affiche électorale de la fille Le Pen – que l’on ne saurait voir décemment en peinture – n’orne jamais, à la place de l’éphémère du pont tournant, ce lieu qui laisse couler un canal pacifique.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Après la révélation, hier, tôt le matin, par France Inter (info reprise seulement à 12h.25 sur le monde.fr) du week-end « discret » de Nicolas Sarkozy à New York, c’était la défense (anti-aérienne) piteuse de Michèle Alliot-Marie (MAM) jusque devant l’Assemblée nationale (« J’ai tout dit et je ne dirai plus rien ! »), tandis que les vacances de fin d’année du Premier ministre François Fillon en Egypte étaient relatées dans leurs moindres détails par un communiqué officiel tentant de prendre de court, « dans un souci de transparence », la parution du Canard enchaîné de ce jour.

L’escadrille de choc en piqué(s) : Sarkozy, MAM, Fillon (après Estrosi, Joyandet…). Serions-nous gouvernés par le staff d’une compagnie aérienne ?

(Lemonde.fr du 8 février à 21h.21. Le tag a été rajouté. Cliquer pour agrandir.)

Pourtant, soyons sérieux : tout ceci n’est que peccadilles, billevesées, tempête dans un verre d’eau ! Les procédures des voyages avaient été respectées, les billets de transport aérien dûment payés – car l’Etec exige, depuis peu, l’éthique – et les « excursions » avaient pu se dérouler sans problème : ici un magasin américain de jouets, là le désert tunisien et ses mirages (il paraît que, depuis, Ben Ali se serait évanoui dans la nature ?), là-bas le temple mystérieux d’Abou Simbel, atteint en avion, et la vallée du Nil, en bateau…

Nos hommes et femmes politiques, ministres ou pas 365 jours par an, ça dépend s’il y a du vent de sable, ont bien le droit à quelques jours de vacances et à « se poser » comme un aéroplane avec des ailes !

Est-ce vraiment digne de la France, ce déferlement médiatique ? Notre image ne va-t-elle pas souffrir à l’étranger à cause de tout ce « foin » que des journalistes irresponsables agitent par ballots entiers dans le seul objectif de vendre leur camelote et des pages de pub sur papier ou sur écran ?

(Photo prise hier matin à Paris. Cliquer pour agrandir.)

Nicolas Sarkozy est un adorable papa, même par procuration (souvenons-vous du petit Aurélien, le fils de Carla, perché sur ses épaules présidentielles à Pétra, en Jordanie, se cachant les yeux des photographes), et MAM est une bonne fille, voyons ! Elle possède une certaine éducation et de la classe (sans luttes, si possible). On veut lui chercher noise alors qu’elle a le droit, comme un simple prolo et « des millions de Français », de s’envoler, pour les fêtes de fin d’année, respirer les effluves enivrantes des étendues désertiques du côté de Tozeur.

Quant à François Fillon, qui oserait jamais imaginer que cet homme – propriétaire d’une très modeste demeure dans la Sarthe – n’est pas la rectitude même, la moralité incarnée et le sens de l’Etat chevillé au corps, de la même manière qu’il lui arrive parfois d’être ceinturé dans un baquet de voiture de course ?

En réalité, tout ceci n’est que rideau de fumée : les vrais problèmes seront traités jeudi soir à la télévision par le président de la République lui-même, et les récentes fariboles new-yorkaises, comme les escapades ministérielles de fin d’année en Tunisie et en Egypte, n’intéressent pas les Français au premier chef. Jean-Pierre Pernaut saura d’ailleurs diriger le débat sur TF1 dans le sens qui convient et Michel Houellebecq devrait apprécier cette double prestation.

Ensuite, tout le monde ira se coucher, et les jours succéderont aux nuits comme lorsque le vinyl du soleil  disparaît derrière les temples d’Abou Simbel. Le slogan « Sarkozy, dégage ! » n’a pas encore été importé en France – par avion – depuis Tunis ou Le Caire.

(Photo prise hier soir à Paris. Cliquer pour agrandir.)

10 ans de remue.net

Publié: 16 janvier 2011 dans Performance
Tags:,

Hier après-midi, à Paris, rue de Bagnolet (20e), l’espace Marguerite-Duras accueillait, sous son regard bienveillant, les 10 ans de remue.net – à ne pas confondre avec publie.net, comme tient à le préciser l’écrivain François Bon.

Plaisir des retrouvailles pour celles et ceux qui ont participé, durant telle ou telle période, à l’aventure littéraire qui se poursuit avec vaillance. Personne n’a donc changé !

La séance s’est terminée le soir en toute beauté avec une lecture-performance de François Bon (à l’iPad) et Dominique Pifarély (au violon).

En voici une vue ci-dessous.