Articles Tagués ‘Paris’

La plainte pour « tentative de viol » sera déposée aujourd’hui à Paris par Tristane Banon, sur conseil de son avocat : l’histoire est bien connue mais, lors de l’affaire DSK au Sofitel de New York (14 mai), il avait préféré ne pas « interférer » avec la procédure judiciaire américaine en cours.

Cela signifierait-t-il que celle-ci est désormais bouclée ? Le « non-lieu » annoncé comme probable à Manhattan a bousculé toutes les éminences du PS, prêtes même pour certaines à décaler les dates de clôture d’inscription aux primaires afin que DSK puisse, « s’il le désire », y faire bonne figure.

Pourtant, Fabien Namias, rédacteur en chef (politique et économie) de France 2, affirmait hier, lors du journal de 20 heures, tenir de quelques personnes de l’entourage de DSK, qui l’avaient eu au téléphone récemment, que celui-ci n’envisageait plus l’élection présidentielle de 2012 comme une échéance pour lui-même.

En attendant, l’ex-directeur du FMI est rattrapé maintenant par les dires de la désormais célèbre Tristane Banon – fille d’Anne Mansouret, une hiérarque du PS, qui se présente elle-même aux primaires socialistes… – concernant l’agression par « un chimpanzé en rut » dont elle aurait été la proie en février 2003.

(Capture d’écran de Rue89. Le tag a été rajouté. Cliquer pour agrandir.)

« Info ou intox ? », comme dirait le présentateur qui sonne hardi pour l’audience des émissions « trash » dont il fait commerce.

Presque assuré d’être « blanchi » à New York, DSK est à nouveau « noirci » à Paris. Pas de chance avec les femmes, lui qui les aime tant : le voici victime de harcèlement judiciaire international ! Il était donc logique qu’il porte plainte à son tour (pour « dénonciation calomnieuse » s’agissant de faits « imaginaires »).

On examinera donc avec intérêt si la justice française sait, aussi bien que sa cousine américaine, démêler le faux du vrai et le récit de la fiction : un nouveau chapitre de storytelling, toujours brillamment analysé par Christian Salmon, vient de s’ouvrir, cliquer sur l’écran ou l’effleurer pour tourner les pages.

(Herbie Hancock, Cantaloupe Island)

Glycol aux ailes

Publié: 25 décembre 2010 dans Actualité
Tags:, , , ,

Déjà, au départ de Paris à 14 heures 30, vendredi 24 décembre, la situation s’annonce bizarre : le GPS de la voiture prétend que l’arrivée aura lieu à 18 heures 42, tout ça pour rejoindre Bailleul (Nord) à 250 km de là. On va vite patauger dans la bûche.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Deux avions traversent très lentement le pont qui survole l’autoroute A1, direction Lille, du côté de Roissy. Des saleuses, sur une route parallèle, clignotent en orange.


(Photos : cliquer pour agrandir.)

Au fur et à mesure que la nuit tombe, les embouteillages s’estompent, mais des panneaux lumineux affichent : « Congères en formation » : aurait-on pris par erreur la direction de Chamonix ? L’atterrissage aura lieu à 18 heures dix.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Peu avant l’embranchement vers Lille, la montagne de charbon est toute blanche. Sur France Inter, un passager de l’aéroport Charles-de-Gaulle (CDG) raconte qu’en provenance de Singapour et passant par Roissy direction Nice, il a pris par précaution une chambre pour le soir au Sheraton : 250 euros le matin sur Internet, 420 euros l’après-midi. Jean-Claude Delarue (le père), représentant des usagers, s’indigne.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Il paraît que 50% des avions n’ont pas pu décoller à cause d’un manque de produit de dégivrage : le glycol n’a pas été livré à temps par une société marseillaise en grève. Celle-ci dément fournir Roissy-CDG. Thierry Mariani, secrétaire d’Etat aux transports, est allé voir de ses yeux mais ne dormira pas sur place. La messe de minuit a été célébrée à 20 heures trente dans l’aérogare.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Le père Noël ne loge-t-il pas à l’Elysée ?

Réflections urbaines

Publié: 17 novembre 2010 dans Vidéo
Tags:,

Gare de lest

Publié: 30 octobre 2010 dans Musique
Tags:, ,

Récemment, j’ai fait un détour en passant sur le parvis de la gare de l’Est à Paris (10e). Après son ravalement, la façade demeure encore toute proprette et il est quand même regrettable que Jean-Louis Borloo lui-même en vienne à diminuer le bonus qu’il avait accordé aux acheteurs de voitures non polluantes en 2008 – à l’époque de ses Grenelle et autres sonnailles – lui qui, désormais, ne semble plus faire d’économies d’énergie sur l’avenir brillant que lui tracent des politologues distingués.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

La femme haut perchée sur l’une des parties du bâtiment s’appelle Strasbourg ; hiératique, elle domine la situation, et elle a sans doute vu défiler des bataillons de bidasses ou des cohortes de civils partis vers « le front » ou des horizons encore plus lointains, noircis par de sombres fumées. Le drapeau français signe, en harmonie avec le toit céleste, cette statuaire martiale et pourtant féminine.

Afin de se prémunir contre la délinquance, il existe à la SNCF un « service interne de sécurité » dont les uniformes ressemblent étrangement à ceux de la police nationale, d’ailleurs leur équipement s’en rapproche aussi : rangers, tonfa, menottes, bombe lacrymogène, arme. Dans un projet de loi déposé le 17 mai 2000 sur le bureau du Sénat, il était pourtant stipulé, à l’article 31 : « Cet article rend obligatoire le port d’une tenue et d’une carte professionnelle qui ne doit entraîner aucune confusion avec celles des autres agents des services publics, notamment des services de police. »

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Imaginons que chaque service public – c’est le cas de la RATP depuis 1989 – se dote de ces personnels destinés à assurer l’ordre sur leurs territoires : il en faudrait alors aussi à EDF (là, on utiliserait plutôt le Taser !), à La Poste, dans les musées nationaux… Concernant l’Education nationale, des mesures ont déjà été prises dans certains lycées ou collèges, mais quid des facultés où règne une sorte d’anarchie rampante ? Les vigiles semblent, là, totalement désarmés devant des bandes incontrôlables d’apprentis-trublions.

Il est vrai qu’il ne faut pas exagérer : la photo de Stéphane Guillon devant l’entrée de la gare (une pub pour son livre de chroniques) fait penser à Gérald Dahan qui vient d’être « remercié » (on admirera toujours ce terme employé à contre-emploi, si l’on peut dire) par Philippe Val, directeur de France Inter, ex-patron de Charlie Hebdo et grand ami de Carla Bruni(-Sarkozy). Le tableau de chasse du flingueur du val s’agrandit.

(Photo : cliquer pour agrandir.)

Mais oui, quoi, l’humour a des limites au plus justes et il faut savoir jusqu’où l’on peut aller trop loin, surtout lorsque le petit rigolo de service (public) emprunte un aiguillage non prévu.

Gare de lest, police interne, licenciements pour opinions non conformes, censure et certaine : il pèse sur le pays comme un couvercle de plomb alors que la formidable réforme des retraites a été conduite à son terme par l’excellent Eric Woerth, que les grévistes et manifestants se lassent, et que les raffineries se préparent, en ces vacances de Toussaint, à lancer de nouveau leurs flammes rougeoyantes dans l’air méphitique planant jusque au-dessus des cimetières.

(Photo : cliquer pour agrandir.)